Vatican : le diable est là ! POSSESSION ET TENTATION PAR LE DIABLE CHEZ LES PRÊTRES ! ET DANS LE MONDE !

 

 

CNN De Morgan Neill et Messia Hada,
March 17, 2010


Rome, Italie (AP) -


«Le diable tente tout le monde - les gens dans la vie politique, en économie, dans le sport. Et naturellement, il tente, avant tout, les chefs religieux, vous ne devriez pas être surpris si le diable les tente au Vatican. C'est son métier.»
 
 
 
Le père Gabriele Amorth n'utilise pas une métaphore quand il dit ça. Ce prêtre de 85 ans veut dire que les gens peuvent être tentés et littéralement possédé par Satan.
Je dis que si vous croyez en l'Évangile, vous croyez en l'existence du diable, au pouvoir du diable pour posséder les gens, dit-il dans une interview à CNN. 
 
Les fidèles croient «qu'il ya des gens possédés par le diable, et ... en la puissance de l'exorcisme pour libérer le diable, dit-il. 
 
Et comme c'est le job de l'exorciste en chef de l'Eglise catholique romaine, d'expulser le diable quand quelqu'un est possédé., le fondateur de l'Association internationale des exorcistes estime qu'il a effectué plus de 70.000 exorcismes dans sa carrière. 
 
Mais il y a une différence entre la possession -, où le diable s'empare du corps de quelqu'un et actions - et la tentation où Satan leurre une personne et l'incite à faire le mal, dit-il. 
 
En tant ce qui concerne la maltraitance des enfants qui a scandalisée toute l'Europe, avec des accusations portées contre des prêtres en Irlande, en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Basles, les pédophiles sont tentés, mais pas possédés, a déclaré Amorth .
Il déclare n'avoir jamais fait un exorcisme sur un pédophile. 
 
«J'ai effectué des exorcismes sur certains prêtres qui avaient été molestés par le diable, dit-il, sans entrer dans les détails. 
 
«Mais des cas de pédophilie exorcisé, non. ... Les pédophiles ne sont pas possédés par le diable : ils sont tentés par le diable. 
 
«Ils n'ont pas besoin d'exorcisme, ils doivent être convertis, et se convertir à Dieu, c'est ce dont ils ont besoin. Ils ont besoin de se confesser. Ils ont besoin d'une vraie pénitence. La vraie repentance, c'est ce dont ils ont besoin. Ils ne sont pas possédés»
 
Mais aucun croyant n'est à l'abri d'être possédé, dit Amorth, employé par le diocèse romain.
«Rien ne se produit sans la permission de Dieu, et il peut même permettre que les fidèles, dont les saints, soient possédés par le diable, dit-il.
 
Mais il a ajoute, qu'il ne voit pas d'avantage de mal au Vatican aujourd'hui : «Je viens de voir de bonnes personnes au Vatican, fidèles à la prière, de saintes personnes, saines»  

 

COMMENTAIRES PERSONNELS :

FAUX, JAMAIS SOUS LA PROTECTION DU NOM DE YAHWEH, LE DIABLE NE PEUT VOUS POSSéDER, AU CONTRAITRE LE NOM DE YAHWEH EST UNE GRANDE PROTECTION AINSI QUE LE NOM DE YECHOUA ! POUR CES RAISONS, LE DIABLE ET SES DéMONS ONT éRADIQUé DES SAINTES ECRITURES LEURS NOMS, AINSI ILS AVAIENT LA LIBERTé D'AGIR SANS FREIN AUCUN !!!!

 Alors, c'est vrai ce que Paul VI disait :

que la fumée de Satan est entrée dans l'Eglise ?

«C'est vrai, malheureusement, parce que dans l'Eglise aussi, il y a des adeptes de sectes sataniques.

Ce détail de la «fumée de Satan», Paul VI en a parlé

le 29 Juin 1972. Ensuite, comme cette phrase a créé un énorme scandale, le 15 Novembre 1972, il y a consacré tout un discours sur le démon, le mercredi, avec des mots très forts.

Certes, il a brisé la glace, en levant un voile de silence et de censure qui a duré trop longtemps, mais cela n'a pas eu de conséquences pratiques. Il a fallu quelqu'un comme moi, qui n'était rien, pour répandre l'alarme, pour obtenir des conséquences pratiques»


Le Père Gabriele Amorth est aujourd'hui l'un des plus grands exorcistes au niveau international. Il accomplit sa mission dans la ville de Rome. Dans ses mémoires, recueillies par Marco Tosatti dans
«
Père Amorth. Mémoires d'un exorciste. Ma vie dans la lutte contre Satan(Piemme) il y a avant tout la plainte qu'il veut faire entendre à l'Eglise, l'Eglise et ses évêques :

«Nous avons beaucoup de prêtres et de nombreux évêques qui,
 
malheureusement, ne croient pas à Satan», dit-il.
 
Et encore :
 
«Il a des pays entiers qui n'ont pas d'exorcistes : Allemagne, Autriche, Suisse, Espagne, Portugal ... Beaucoup d'évêques ne croient pas au diable, et en arrivent même à dire en public, l'enfer n'existe pas, le diable n'existe pas. Et pourtant, dans l'Evangile, Jésus en parle abondamment, on en viendrait donc presque à se dire, ou ils n'ont jamais lu l'Évangile ou ils n'y croient pas !»

Beaucoup d'évêques ne croient pas au diable, donc. Et, de fait, la bataille du Père Amorth est sur deux fronts : contre l'ennemi de toujours et contre le silence ou l'incrédulité de l'Église :

«Le Code de Droit Canon affirme que les exorcistes devraient être choisis parmi la fine fleur du clergé» dit-il. Pourtant, ce n'est pas le cas. Souvent, les meilleurs prêtres sont affectés par l'évêque à d'autres tâches. Et les quelques exorcistes ont peu d'expérience. Ce devrait être le contraire.

Tout devrait se passer comme cela est arrivé à Don Amorth : le cardinal Ugo Poletti le mit aux côtés du
Père Candido Amantini, qui fut pendant quarante ans exorciste à la Scala Santa.

Le père Amorth dit : «Je lui dois tout ce que je sais»

Le père Amorth raconte encore :
 
«Il y a plusieurs épisodes qui m'ont été racontés par le Père Candido. Un jour, un prêtre lui dit clairement qu'il ne croit à rien de tout cela : le démon, l'exorcisme et ainsi de suite. Le Père Candido lui dit : «venez un jour y assister». Le Père Candido raconta que ce prêtre était debout, les mains dans les poches ; à la Scala Santa , les exorcismes ont lieu dans la sacristie, et il était là, regardant presque avec mépris. À un certain moment, le démon se tourna vers lui et lui dit : tu ne crois pas en moi, mais aux femmes, tu y crois, tu crois aux femmes, et comment. Le prêtre, marchant à reculons, tout honteux, a regagné la porte et a filé au loin»

Don Amorth reçoit dans son bureau des centaines de personnes chaque année. Parmi elles, seules quelques-unes sont vraiment possédées. La majorité a simplement de graves problèmes psychologiques et psychiatriques. Mais il y a des possédés. Ils se présentent au père Amorth pour être délivrés. Ils le font volontairement, même si la «présence» qui a pris possession de leur corps fait tout pour que l'exorcisme n'ait aucun effet.

- Comment la possession advient-elle ?

La plupart des gens possédés le deviennent après avoir participé à des messes noires ou des rituels sataniques.

Le père Amorth dit : «La caractéristique principale de la messe noire est le mépris de l'Eucharistie. Dans une messe noire véritable, une femme nue tient lieu d'autel, qui devrait être une vierge, et elle est violée par celui qui tient le rôle du prêtre et puis par tous les autres, après quoi entre eux, tout est permis. Cela devient un vrai bordel. C'est pourquoi beaucoup vont à la messe noire pour l'«après» , pour le «bordel»

Le père Amorth a une méthode - qui marche parfois, et parfois pas - pour reconnaître si une personne est vraiment possédé : l'eau bénite. Il parle d'une femme qui lui demanda à être exorcisé. Don Amorth ne savait pas si c'était vraiment une possession. Ainsi, il prépara sur la table deux verres, l'un avec de l'eau courante et l'autre avec de l'eau bénite :

«Je lui offris à boire de l'eau du robinet, elle me remercia, et but. Quelques minutes plus tard je lui donnai un autre verre d'eau bénite. Elle en but, mais cette fois son apparence changea brusquement : d'enfant effrayée à personne en colère. Énonçant les mots à voix basse et forte, comme si un homme parlait en elle, elle me dit «Je crois que tu es malin, prêtre !». Alors commença la prière d'exorcisme et seulement une heure plus tard, une fois le rituel achevé, la libération eut lieu dans l'église»
Que fait l'Eglise, face au déferlement du phénomène satanique ?
 
Don Amorth :
 
«Elle est complètement absente! Depuis 300 ans on a cessé de faire des exorcismes dans l'Eglise latine (il n'en est pas de même dans l'Eglise orthodoxe et dans certaines confessions protestantes). C'est pourquoi les prêtres et Evêques, n'ayant jamais vu d'exorcisme, n'en parlent jamais ; ayant évacué de la foi catholique telle qu'elle est enseignée dans les séminaires la présence personnelle du diable, ils n'y croient plus. J'estime que 99% des Evêques ne croient plus à l'action extraordinaire du démon.

 

«Devant la situation de l'Eglise d'aujourd'hui, nous avons le sentiment que, par quelques fissures, la fumée de Satan est entrée dans le peuple de Dieu. Nous voyons le doute, l'incertitude, la problématique, l'inquiétude, l'insatisfaction, l'affrontement. On n'a plus confiance dans l'Eglise, mais on la met dans le premier prophète profane venu qui vient vous parler d'un mouvement social […]


Le doute est entré dans les consciences et il est entré par des fenêtres qui devraient être ouvertes à la Lumière. La critique et le doute sont venus de la science, pourtant faite pour nous donner des vérités qui non seulement ne nous éloignent pas de Dieu, mais le font chercher encore davantage et le célébrer encore plus intensément… […]


L'enseignement devient source de confusion et de contradictions parfois absurdes. On célèbre le progrès pour devoir ensuite le démolir…[…]

On croyait qu'après le concile, le soleil brillerait sur l'Eglise, mais au lieu du soleil, nous avons eu les nuages, la tempête, les ténèbres, la recherche, l'incertitude…

Nous prêchons l'œcuménisme, et nous nous séparons toujours davantage les uns des autres ; nous cherchons à creuser des abîmes au lieu de les colmater…
Comment cela a-t-il pu se produire ?

Une puissance adverse est intervenue, dont le nom est le diable : cet être mystérieux dont saint Pierre fait allusion dans sa lettre. […] Nous croyons à l'action de Satan qui s'exerce aujourd'hui dans le Monde, précisément pour troubler, pour étouffer les fruits du concile œcuménique et pour empêcher l'Eglise de chanter sa joie d'avoir repris pleinement conscience d'elle-même…»
Paul VI



LE MAL…



Le péché est l'effet de l'intervention en nous et dans notre monde, d'un agent obscur et ennemi : le démon. Le Mal n'est plus seulement une déficience, il est le fait d'un être vivant, spirituel, perverti et pervertisseur… Terrible, mystérieux, et redoutable réalité… Il s'écarte de l'enseignement de la Bible et de l'Eglise ceux qui refusent de reconnaître son existence […]


ou encore qui l'expliquent comme une pseudo-réalité, une invention de l'esprit pour personnifier les causes inconnues de nos maux.

Qui ne se rappelle, dans l'Evangile, le chapitre si lourd de sens, de la triple tentation du Christ au début de sa vie publique ou bien les si nombreux récits où le Seigneur rencontre le démon… et comment oublier que par trois fois, le Christ appelle «prince de ce monde» le démon, son adversaire ? La réalité de cette funeste présence est soulignée dans de très nombreux passages du Nouveau Testament. Saint Paul l'appelle «le «Dieu» de ce monde» et il nous avertit que nous, chrétiens, nous avons à lutter contre les ténèbres en ayant devant nous, pas un seul démon, mais une redoutable pluralité de démons…
«Revêtez l'armure de Dieu pour être en état de tenir face aux manœuvres du diable. Ce n'est à l'Homme que nous sommes affrontés, mais aux autorités, aux pouvoirs, aux dominateurs de ce monde de ténèbres, aux Esprits du Mal qui sont dans les cieux.»Éphésiens 6:10-18

Divers passages de l'Evangile nous montrent qu'il ne s'agit pas d'un seul, mais de nombreux démons L'un d'eux est le principal, c'est Satan qui veut devenir l'adversaire, l'ennemi et avec lui, il y en a beaucoup d'autres qui sont tous des créatures de Dieu, mais des créatures déchues parce que rebelles et damnées. De tout ce monde mystérieux, nous ne connaissons que peu de choses…

Nous connaissons cependant sur ce monde diabolique beaucoup de choses qui concernent notre vie et toute l'histoire de l'humanité. Le démon est à l'origine du premier malheur de cette humanité. Depuis la chute d'Adam, le démon a acquis une certaine emprise sur l'Homme[…]

Nous savons ainsi que cet être obscur et troublant existe vraiment et qu'il est toujours à l'œuvre avec une ruse traîtresse. Il est l'ennemi numéro UN, le tentateur par excellence. Il est l'ennemi occulte qui sème la terreur et le malheur dans l'histoire humaine…

Le Christ le définit comme celui qui,
«dès le commencement, s'est attaché à faire mourir l'Homme, il est le père du mensonge.»Jean 8,44
Il menace insidieusement l'équilibre moral de l'Homme. Il est le séducteur perfide et rusé qui sait s'insinuer en nous par les sens, l'imagination, la concupiscence, la logique utopique, les contacts sociaux désordonnés pour introduire dans nos actes, des déviations aussi nocives qu'apparemment conformes à notre psychisme ou à nos aspirations instinctives et profondes…

Certains pensent trouver une compréhension suffisante dans l'étude de la psychanalyse et de la psychiatrie, dans des expériences spirites qui aujourd'hui, malheureusement se répandent dans tous les pays…

On a peur de retomber dans de vieilles théories manichéennes ou dans de funestes divagations fantaisistes et superstitieuses ; aussi, aujourd'hui, on préfère afficher un esprit fort, sans préjugés, positiviste quitte ensuite, à attacher foi à tant de lubies magiques ou populaires… ou pire encore, à livrer son âme à des expériences sensuelles licencieuses, aux expériences délétères des stupéfiants ou aux séductions idéologiques des erreurs à la mode.

Ce sont là autant de fissures par lesquelles le Malin peut facilement s'insinuer pour altérer l'esprit de l'Homme.

Certes, tous les péchés ne sont pas dus directement à l'action du diable, mais il n'en est pas moins vrai que celui qui ne veille pas avec une certaine rigueur sur lui-même s'expose à l'influence de forces difficiles et compromet son salut…»
Paul VI



LES SIGNES DE LA PRESENCE DU DEMON…



Y a-t-il des signes, et lesquels, de la présence de l'action du diable ? Quels moyens pour se défendre contre un danger si insidieux ?

La réponse à la première question requiert beaucoup de prudence, même si les signes du Malin semblent quelquefois évidents. Nous pourrions supposer sa sinistre intervention là où l'on nie Dieu d'une façon radicale, subtile ou absurde ; là où le mensonge hypocrite s'affirme avec force contre la vérité évidente ; là ou l'amour est étouffé par un égoïsme froid et cruel ; là où le Christ est l'objet d'une haine consciente et farouche ; là où l'esprit de l'Evangile est dénaturé et démenti par les actes ; là où l'on affirme que le désespoir est la seule perspective etc. Mais il s'agit là d'un diagnostic trop vaste et trop difficile…


Le problème du Mal demeure pour l'esprit humain, l'un des plus importants et des plus permanents :
«Nous savons que nous sommes nés de Dieu, mais le monde tout entier gît sous l'empire du Mauvais…» 1 Jean

La grâce est la défense décisive… Le chrétien doit être militant, vigilant et fort… Il doit parfois pratiquer une ascèse spéciale pour éloigner certaines attaques. Jésus nous l'enseigne et il indique comme remède : la prière et le jeûne…
Paul VI

 

  
LE VATICAN ENCOURAGE LA FORMATION DES PRETRES CONTRE LE SATANISME
 


Le Vatican est décidé à poursuivre la formation des prêtres face à la montée du satanisme et lance jeudi un nouveau séminaire universitaire pour contrer les agissements prêtés au «Malin».
 
Les cours en «exorcisme et prière de libération» sont dispensés à l'université pontificale Regina Apostolorum dirigée par les Légionnaires du Christ, un ordre religieux conservateur.

Le Vatican s'alarme de la montée des pratiques satanistes chez les jeunes. En Italie, ces adeptes sévissent sur l'internet avec plus de 500 clubs, a révélé début octobre une enquête réalisée par l'école de journalisme de l'Université de Palerme.
 
Trois jeunes membre d'un groupe de rock heavy metal baptisé les «Bêtes de satan» ont été condamnés au début de l'année à de lourdes peines de prison pour des meurtres rituels commis en 1998. Ils étaient âgés d'une vingtaine d'années au moment des faits.

Leur nombre est estimé à 400 en Italie et tous les diocèses n'ont pas d'exorciste attitré.

Benoît XVI est décidé à valoriser leur rôle. Il les a encouragés dans leur
«important ministère au service de l'Eglise» dans un message à l'occasion du congrès national des prêtres exorcistes organisé le 14 septembre à Rome. Réservés aux prêtres et aux séminaristes étudiants en théologie, les premiers cours de l'université pontificale Regina Apostolorum ont attiré plus d'une centaine d'élèves de tous âges venus du monde entier.

L'Université a annoncé les interventions d'un représentant du pape Benoît XVI, Mgr Angelo Comastri, vicaire général pour l'Etat du Vatican et d'un exorciste, Mgr Andrea Gemma, évêque de Isernia-Venafro, lors de la présentation jeudi du second séminaire, consacré à la démonologie, à l'occultisme et à la figure du Diable dans les cultures anciennes et modernes, ce qui inclut le cinéma, la musique et l'internet.
 
 
 
Suite !! 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site