Signe de la Croix ou Signe Tau sur le front donné par Ezékiel !

 

http://fr.orthodoxwiki.org/Signe_de_la_Croix

Signe de la Croix

Un article de OrthodoxWiki.

 
 

Le signe de la Croix est un geste symbolique consistant à tracer sur son corps quatre points se référant aux quatre extrémités de la Croix du Christ. Le signe de la Croix se dessine dans l'Orthodoxie en touchant successivement son front, le bas de son ventre, son épaule droite et son épaule gauche avec le pouce, l'index et le majeur de la main droite joints ensemble (pour symboliser la Sainte Trinité ; les deux autres doigts joints ensemble (l'annulaire et l'auriculaire) signifiant l'indivisibilité de la nature humaine et divine du Christ). Il peut être accompagné de la formule trinitaire : "Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen."

Le signe de la Croix est une manière d'engager son corps même dans la profession de la Foi orthodoxe.

 Usage

Le signe de la Croix est habituellement exécuté à chaque prononciation de la formule trinitaire. Les fidèles se signent ainsi généralement à chaque fois que la Sainte Trinité est mentionnée lors de la Divine Liturgie. Le signe de croix peut être exécuté par les fidèles comme une prière en tout temps, particulièrement au début de toute nouvelle activité, au début et au cours d'une prière, lorsqu'ils rentrent ou quittent le lieu de l'église, avant d'embrasser une icône, etc. Le prêtre use du signe de la Croix pour donner une bénédiction. Les prêtres sont autorisés à bénir avec la main droite, tandis que les évêques bénissent avec les deux mains en même temps.

Histoire

Il n'existe pas de différents sur la place centrale de la Croix au sein du christianisme. Les premiers documents révélant l'usage du signe de la croix datent du IIe et IIIe siècle. Originellement, le signe de la Croix était probablement fait avec le pouce de la main droite sur le front ou sur les lèvres. Ce signe semble principale représenté le Tav, la dernière lettre de l'alphabet hébreu, selon l'accomplissement du prophétie d'Ézéchiel concernant le communauté messianique (Ézéchiel 9:4-6 : "Passe par le milieu de la ville, et marque d'un Tav le front des hommes"). Cette lettre pouvait être dessinée, au début de l'ère chrétienne, sous la forme autant d'un + que d'un x.

Saint Cyprien de Carthage interprète cette prophétie à partir de la Croix et de la lettre grecque Tau : "La lettre grecque Tau, notre T, est la forme de la Croix que le prophète prévoyait que nous porterions sur le front." (Adversus Marcionem, III, 22)

Le signe de la Croix est, dès le début du IIIe siècle, le premier rite d'initiation conféré aux catéchumènes.

Longtemps en Occident, le signe de la Croix se traçait aussi avec trois doigts, comme en témoigne les propos du Pape Innocent III (De sacro altaris mysterio, I, II, chapitre XLV).

Symbolisme

La lettre tav est la marque, le signe, le symbole : le Sceau Divin.
Dernière lettre de l'alphabet hébreu, elle représente l'aboutissement de la création et la totalité des choses créées. Notons que les trois dernières lettres de l'alphabet forment le mot rishet, qui veut dire : quadriller, montrant la création terminée, enveloppée et structurée.

Origine

Le Tav est issu du simple dessin d'une croix, qui n'a évidemment aucun rapport avec la croix chrétienne.
L'idéogramme du Teth montrait une croix enfermée dans un cercle, la croix se retrouve avec le Tav, mais cette fois libérée de la limitation du cercle. Ce cercle symbolisait l'emprise des cycles de 1, existence. La croix du Tav est totalement libre et peut rayonner dans les quatre directions à travers les quatre éléments de la nature et les quatre mondes mystiques. Cette croix montre le retour à l'unité de la source des quatre fleuves sortant de l'Eden, notre véritable racine (Shin).
Avec le Tav se termine l'alphabet mais également toutes les contraintes qui réduisent la lumière de l'âme, qui peut désormais révéler sa véritable nature.

http://www.alephbeth.net/alphabet/tav.html

Signification

Le nom Tav est un signe en forme de croix sur la selle d'un chameau, ce nom vient de la racine "tavah", supportant trois types de significations :
1 - "marquer","désigner", "dessiner".
2 - 'être en deuil", "la peine".
3 - "habiter".
Le mot 'tav" est très proche de "tohou"(de Tohu Bohu), qui désigne un chaos.

Langue hébraïque
Forme de la lettre

La lettre Tav est formée par la réunion des lettres Daleth et Noun. Ces deux lettres forment le mot "dan", le "juge".

Guématria

La valeur numérique 400, du Tav, représente la vie dans la réunion des consciences essentielles, symbolisées par les 4 fleuves sortant de l'Eden.
Il est intéressant de remarquer que "shékelim', "les consciences", possède cette guématria. De plus, Tav étant la vingt-deuxième lettre, faisant allusion aux 22 femmes saintes, il se trouve que le mot "nashim", "femmes", a 400 pour valeur numérique.
La valeur pleine de Tav est égale à 406, comme pour le mot "atha", "toi", qui montre la reconnaissance mutuelle d'Aleph et de Tav, le commencement et la fin.

http://theonoptie.com/spip.php?article1712 

001 La marque sur le front des élus

34Z">samedi 2 juin 2007

Le langage a d’abord été écrit au moyen d’images, simples illustrations mnémotechniques (un peu à la façon des signes actuels de la circulation routière), c’est le stade pictographique (exemple : chinois [1] ). Puis certaines images simplifiées furent choisies pour représenter des syllabes (exemples : hiéroglyphes égyptiens, katakana japonais) c’est le stade syllabique. Ensuite, l’écriture alphabétique fut utilisée pour construire des mots [2]…

Le mot « Tav » ( ) dans la Parole de Dieu est l’un des mots qui porte en lui l’histoire de son écriture…

Au chapitre 9 et aux versets 4 et 6 du livre d’Ezéchiel, il est écrit : « Et l’Eternel dit : Passe par le milieu de la ville, par le milieu de Jérusalem, et fait une marque sur le front des hommes (...) Laissez hors d’atteinte quiconque aura sur lui la marque, ... ». « fais une marque » devrait être traduit plus justement par « marque d’un Tav », comme l’a fait la vulgate : « sigma Thau ». En effet, c’est le mot « Tav » ( ) qui est écrit, lequel signifie « signe ». On avait donné ce nom à la dernière lettre de l’alphabet hébreu, lettre qui sous sa forme la plus ancienne (en vigueur au temps d’Ezéchiel) avait la forme d’une croix. C’est de là d’ailleurs que viennent notre « T » et le Tau (t, T en majuscule) grec. Comme ce signe est le plus simple de tous, il était employé pour servir de marque, spécialement pour remplacer la signature de ceux qui ne savaient pas écrire leur nom. Ceci est encore vrai aujourd’hui. Dans la Parole, ce signe, ce « Tav », remplace donc le Nom divin que l’on ne connaît pas sinon par le tétragramme YHVH ( ) [3].

Kennicott (qui vécut sous la révolte des Macchabées, environ 150 ans avant J.C.) possédait une médaille, frappée en la 4ème année de Simon le Grand Prêtre. Sur cette monnaie, la lettre « Tav » revient deux fois et toujours en forme de croix verticale (et non en forme de X).

L’évolution graphique que subit la lettre « Tav » a amené cette lettre à ne plus avoir la forme d’une croix, mais l’aspect suivant : .

Ce signe, ce « Tav », est à mettre en rapport direct avec le signe donné aux israëlites lors de la Pâques, avant la sortie d’Egypte (Ex 12 : 13, 22). Bien sûr ce « signe » était une image des événement futur, du sang du Fils de Dieu qui coulerait pour sauver de l’esclavage du péché, mais il était aussi un message « littéral » de ces choses. En effet, en mettant du sang sur les linteaux des portes, chaque maison avait à son entrée un Tav :

voici la forme d’une porte...

...et celle de la lettre Tav (qui reprend tout le message du mot Tav : ) :

Ainsi, on voit toute l’importance de cette Pâques, de ce sacrifice de l’agneau, avec le sang duquel on devait écrire le « Tav », le signe, la croix ! ! (voir aussi Ap 7 : 3, 13 : 16, 14 : 1)

Ce signe était donc le symbole admirable de la croix de notre Sauveur et Seigneur Jésus-Christ, bien avant Sa venue sur terre [4] !

En revenant à la première Pâques célébrée juste avant la sortie d’Egypte, nous voyons que le message du sang de l’agneau immolé sur les poteaux et le linteau de la porte d’entrée est profond, riche et prophétique… Le message du passage sous la porte pour entrer dans la maison, et donc de passer sous le sang de l’agneau se comprend facilement ; mais le message est encore plus précis… il ne s’agit pas que d’un symbole… il s’agit d’une prophétie.

Dans le message nous pouvons aller encore un peu plus loin : la lettre « Tav » est graphiquement formée par la réunion des lettres Daleth et Noun . Ces deux lettres forment le mot « dan », le « juge ».

Nous avons vu la marque d’Ezéchiel… mais qu’en est-il de celle de Caïn ? En effet, Caïn reçut une marque sur le front pour le protéger (Gn 4 : 15). Le mot pour « marque » dans ce verset est , oth. Ce n’est donc pas un « Tav ». En fait, reprend tout le message du « Dieu sur la croix » [5] , mais pour Caïn, il y a le Nun en plus… Cela signifie [6] que, dans le cas de Caïn, c’était le refus de la promesse de Dieu de rédemption…

Revenons au « Tav » et à la porte… Jésus a dit « Je suis la porte » (Jn 10 :7 et 9)… En disant cela, il donnait l’image facilement saisissable du passage obligé pour être sauver, mais il affirmait « presque littéralement » la nécessité de son sacrifice sur la croix…

Lien très intéressant à lire :

 

http://pistevo.free.fr/files/signedelacroix.pdf

 

 

 

Suite !! 

http://efforts.e-monsite.com/pages/assomption-de-marie.html 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site