Saint Jérôme !!

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9r%C3%B4me_de_Stridon

Jérôme faisait la critique du clergé régulier, il critique la cupidité des évêques et des prêtres. De plus il critique le paganisme qui reste présent à Rome au sein du clergé romain, qui conservaient des cultes païens à Rome. Les critiques ouvertes de Jérôme contribuèrent à faire naître une hostilité croissante à son égard de la part du clergé et de ses partisans[a 12].

Peu de temps après la mort de son protecteur Damase, l'opposition du clergé romain à l'égard de Jérôme le conduisit à quitter Rome peu de temps après le 11 décembre 384[a 8]. A la mort de celui-ci de nombreuses critiques s'élevèrent contre Jérôme à Rome, sans soutien Jérôme est condamné à quitter Rome. Il partit avec quelques personnes en direction de Jérusalem en prenant avec lui des copies de livres[a 13].

Pèlerinage en Terre Sainte

 En août 385, il retourna à Antioche, accompagné par son frère Paulinianus et quelques amis. Il fut suivi peu de temps après par Paula et Eustochium, résolues à quitter leur entourage patricien pour finir leurs jours en Terre Sainte[a 14]. Les pèlerins, rejoints par l'évêque Paulin d'Antioche, visitèrent Jérusalem, Bethléem et les lieux saints de Galilée[a 15]. Il rencontrèrent Rufin d'Aquilée et Mélanie l'Ancienne à Jérusalem qui menaient une vie de pénitence et de prière que Jérôme cite en exemple à Paula[a 16].

Jérôme et Paula partirent en Égypte pendant l'hiver 385 - 386, où vivaient les grands modèles de la vie ascétique[a 17]. En Alexandrie, Jérôme put rencontrer et écouter le catéchiste Didyme l'Aveugle expliquer le prophète Osée et raconter les souvenirs qu'il avait de l'ascète Antoine, mort trente ans plus tôt. Il resta quelque temps à Nitrie à admirer la vie communautaire des nombreux habitants de cette « cité du Seigneur » ; mais il ne fut pas sans critiquer le « serpent » qu'il voyait en Origène.[citation nécessaire]

Il profite de ses commentaires pour répondre à la théologie de Marcion qui remettait en cause l'unicité du Dieu de l'Ancien Testament au profil du Nouveau Testament[a 26].

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odulfe

Pendant le règne de Charlemagne, la crise iconoclastique ou querelle des images, initiée à Constantinople vint à sa fin. Théodulf rédigea le Libri Carolini, ainsi intitulé parce qu'il l'écrivit au nom de Charlemagne en réponse officielle de l'empire franc au document venu de l'empire byzantin à la suite du second concile de Nicée. Dans ce texte, Théodulf fustige la pratique de l'adoration des images, considérée comme idolâtre.

Ceci n'empêchait toutefois pas Théodulf d'en installer dans ses propres bâtiments : la chapelle qu'il fit édifier à Germigny-des-Prés non loin d'Orléans possède en effet une mosaïque d'inspiration byzantine, unique exemple existant en France, qui représente l'Arche d'alliance portée par deux anges (la chapelle est elle-même un des très rares monuments d'époque carolingienne subsistant en France).

Il fut aussi impliqué dans la controverse du filioque.

Il est l'auteur de l'hymne Gloria laus et honor Tibi, qu'il a composé durant sa détention à Angers et qui est toujours en usage dans la liturgie catholique romaine du Dimanche des Rameaux. L'authenticité de cette attribution est désormais admise.

Il fut canonisé, considéré comme saint par l'Église catholique qui le fête le 1er mai.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Iconoclasme

L’iconoclasme (du grec εικών eikon « icône » et klaô « casser ») est, au sens strict, la destruction délibérée de symboles ou représentations religieuses (appartenant à sa propre culture), généralement pour des motifs religieux ou politiques. Ce courant de pensée rejette l’adoration vouée aux représentations du divin, dans les icônes en particulier. L’iconoclasme est opposé à l'iconodulie.

 

Origine

La question théologique de la représentation du divin traverse les trois monothéismes. Tous trois attribuent la caractéristique de transcendance à la divinité qui le situe au-delà de l’humanité telle qu’on la représente.

Dans le judaïsme comme dans le christianisme qui en découle, l’interdiction de représenter une figure divine s’enracine dans la Bible :

« Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punit l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fait miséricorde jusqu’à mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements. »

— Exode 20:4-6 [2

 

Pourtant, assez vite le christianisme produit des images. Il ne les appelle pas idoles mais icône. Dès avant la crise iconoclaste, l’Église formule des avis sur le statut des images. La théologie de l'icône a pour objet d’apporter des explications à tous ces paradoxes.

L'iconoclasme existe depuis l'antiquité. Dans l'Égypte pharaonique, il n'était pas rare de voir les statues des pharaons divinisés, détruites par leur successeur (ex. :destruction de statues de Hatchepsout par son successeur Thoutmôsis III).

Aujourd’hui, dans le langage commun, on appelle « iconoclastes » ceux qui vont à l’encontre des idées communément reçues, ou qui refusent la tradition, notamment lorsque leur engagement les pousse à détruire ou à profaner des idoles, au sens propre ou au sens figuré

 

Judaïsme

La torah met clairement en garde contre toute forme de représentation

Exode,20,3 paracha Yitro

"Tu ne te feras point d'idole, ni une image quelconque de ce qui est en haut dans le ciel, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux au-dessous de la terre."

 

Christianisme

L’iconoclasme ou Querelle des Images est un mouvement hostile au culte des icônes, les images saintes, adorées dans l’Empire romain d'Orient.

Il se manifesta aux VIIIe et IXe siècles par des destructions massives d’iconostases et la persécution de leurs adorateurs, les iconophiles ou iconodules.

Il caractérise également la Réforme protestante.

L'iconoclasme byzantin

Le premier iconoclasme (730–787)

En 730, l’empereur Léon III l’Isaurien (empereur de 717 à 741) interdit l’usage d’icônes du Christ, de la Vierge Marie et des saints, et ordonne leur destruction. La controverse iconoclaste naît du refus de nombre de Chrétiens, vivant ou non dans l’Empire romain d’Orient, de détruire leurs iconostases. Saint Jean Damascène fut l’un des chefs de file de cette résistance. La position de l’empereur était toutefois renforcée par ses succès militaires : siège de Constantinople en 717-718, fin du versement du tribut aux Arabes. Son fils Constantin V (empereur de 741 à 775) eut également des succès militaires, ce qui renforça sa position contre les iconodules. Il fit réunir le concile de Hiéreia en 754 dans le palais éponyme en Chalcédoine pour faire condamner la vénération et la production des images.

Le second concile de Nicée en 787 autorisa à nouveau le culte des images, tout en interdisant sévèrement leur commerce. La raison doctrinale tient en ceci : si le Christ s’est incarné, il est donc possible de représenter physiquement le Fils de Dieu, et de peindre les saints.

De ce fait, il est possible de représenter Dieu en la personne de son Fils incarné en Jésus-Christ. Les icônes de Marie, mère de Dieu (Theotokos) en son Fils Jésus-Christ sont aussi très populaires. Les icônes sont aussi des supports de vénération des saints, considérés, par leurs vies, leurs exemples et leur pouvoir d'intercession, comme les reflets de la gloire du Christ.

Les iconodules se distinguent ainsi des idolâtres: ils vénèrent non pas des divinités matérielles et sans vie propre (les idoles) mais des icônes, représentation de vraies personnes ayant vécu dans l'intimité avec Dieu.

Les origines de l’iconoclasme byzantin

L’iconoclasme est un phénomène qui reste difficile à cerner car les sources iconoclastes ont presque toutes disparu. D’où la difficulté de savoir précisément les origines, les causes et les enjeux de l’iconoclasme. Cependant, en interprétant les sources, la question peut être éclairée. Les iconodules accusent les iconoclastes de penser comme les Arabes.

Il est en effet possible que Léon III ait été influencé par la proximité du monde musulman, pour qui l’idée même d’une représentation visuelle de Dieu est odieuse. De plus, en juillet 721, juste avant le début de l’iconoclasme, le calife Yazid II (687-724) avait promulgué un décret contre les images, applicable aux chrétiens qui vivaient sous son autorité. Mais l’inspiration des iconoclasmes byzantins et arabes sont fort différentes. Les Arabes proscrivent toute représentation, y compris de la vie animale. À l’inverse, les Byzantins remplacent les scènes de l’Incarnation par des arbres, oiseaux et animaux.

Les iconodules ont également accusé les Juifs d’avoir inspiré les arabes et Yazid II, et d’avoir, par conséquent, été l’un des moteurs majeurs de l’iconoclasme. S’il est vrai que les juifs considèrent les iconodules comme des idolâtres, il est vrai également que Léon III les persécute. La critique juive des images chrétiennes a pu jouer au départ, mais il ne semble pas qu’elle puisse constituer une explication de l’iconoclasme : les sources qui soutiennent cette théorie sont tendancieuses, tardives, et ne résistent pas à la critique.

Tout semble donc indiquer que les influences extérieures ont été mineures dans l’apparition de l’iconoclasme. C’est donc surtout au sein de l’Empire, dans le christianisme orthodoxe, que se trouvent les origines de l’iconoclasme byzantin. En effet, les problèmes posés par l’iconoclasme sont majoritairement christologiques.

Le second iconoclasme (813843)

Léon V (empereur de 813 à 820) provoqua un second iconoclasme dès son arrivée sur le trône, plus rigoureux que le premier. Sa politique fut poursuivie par Michel II et Théophile. La veuve de ce dernier, Théodora, régente de son fils mineur Michel III proclama la restauration de la vénération des icones en 843.

Les empereurs tentèrent d’imposer un symbole unique à l’adoration, le chrisme, qui leur était personnel. La religion du Dieu unique, le Christ, se substituant à l’adoration des saints. On peut ainsi interpréter l’iconoclasme comme une tentative de réunir derrière la bannière de l’empereur l’ensemble des chrétiens d’Orient, afin de faire face à une grave crise extérieure. Lorsque la menace extérieure cesse, l’iconoclasme cesse également.

Charlemagne avait pris parti contre l’iconoclasme, à la suite du concile de Francfort.

L'iconoclasme protestant

Église de Saint Étienne à Nimègue

Plusieurs chefs religieux protestants (Jean Calvin) ont encouragé la destruction des images religieuses dont l'adoration était considéré comme une hérésie païenne. Les objets concernés sont les portraits de saints et de saintes, les statues, mais aussi les reliques et les retables. Les premières destructions iconoclastes apparaissent dans l'espace germanique à Zurich (1523), Copenhague (1530), Genève (1535), et Augsbourg (1537). La France n'est pas épargnée mais les destructions restent dans la seconde moitié du XVIe siècle des cas isolés. La grande crise iconoclaste française a lieu lors de la première guerre de religion en 1562. Dans les villes prises par les protestants, les édifices religieux ont été systématiquement saccagés. La violence a été telle que des églises entières ont été détruites. Des monuments prestigieux comme Saint Martin de Tours ou la cathédrale Sainte-Croix d'Orléans sont sérieusement endommagés et détruits. L'abbaye de Jumièges, la cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême, la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay sont pillées et mises à sac. En 1566, c'est la Flandre et les Pays-Bas en général qui connaissent une grave crise iconoclaste. Le mouvement d'inspiration populaire commence à Steenvoorde et se répand dans les alentours. La terrible crise de 1566 marque le début de ce qu'on appelle la révolte des gueux.

Islam

En ce qui concerne l’islam, l’interdiction de représentation est très prégnante comme dans le judaïsme dans un souci de préserver la pureté du monothéisme et éviter toute forme d'idolâtrie. Le culte étant voué exclusivement à un Dieu sans forme ni représentation, en dehors du temps et de l'espace, infini donc insaisissable par l'entendement humain.

L'orthodoxie considère que toute représentation d'être possédant une âme est illicite et doit être détruite. Comme le judaïsme, l'islam enjoint de renverser les idoles, à l'exemple de son prophète Mahomet, qui renversa les idoles de la Kaaba.

Cependant, le chiisme, plus souple dans cette interdiction, ne prohibe que les représentations complexes (statues...).

L'absence de représentation orienta sensiblement l'art, la culture, l'architecture arabo-musulmane. Ce qui peut expliquer le goût pour l'ornement des lettres (calligraphie), un style architectural plus épuré qu'en occident, une plus grande sensibilité artistique pour l'harmonie des formes géométriques.

 

 

Suite ! 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×