Saint Antoine en Egypte Thèbes Amon-Rê Héliopolis du Sud !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Anachor%C3%A8tes

L'ermite ou l'anachorète est une personne (le plus souvent un moine) qui a fait le choix d'une vie spirituelle dans la solitude et le recueillement. Les ermites étaient à l'origine appelés anachorètes (du grec ἀναχωρέω), l'anachorétisme (ou érémitisme) étant l'opposé du cénobitisme.

L'ermite partage le plus souvent sa vie entre la prière, la méditation, l'ascèse et le travail. Dans l'isolement volontaire, il est à la recherche ou à l'écoute de vérités supérieures ou de principes essentiels. L'expérience érémitique, dans sa composante spirituelle, s'approche souvent du mysticisme.

Origines de l'érémitisme chrétien

La fin des grandes persécutions chrétiennes, sous Constantin, marque également la fin de la voie royale pour accéder à la sainteté, à savoir le martyre. Sans que le phénomène soit réduit à cette explication, elle n'est pas étrangère au développement de l'érémitisme chrétien, nouveau moyen pour les âmes d'élites d'accéder à la sainteté[1]. Ces anachorètes (du grec anakhôrein, se retirer) s'infligent de rudes privations afin de lutter contre les tentations. Le premier ermite connu de la chrétienté est Saint Antoine (vers 250-356), égyptien aisé qui vers l'âge de 20 ans part s'établir dans le désert de Haute-Égypte, dans la région de Thèbes. Il sera popularisé dès sa mort par Athanase d'Alexandrie (saint Athanase) qui écrira le récit de sa vie et de nombreux ermites suivront son exemple dès la fin du IIIe siècle en se retirant dans le désert[2]. On les appellera les Pères du désert.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Haute-%C3%89gypte

La Haute-Égypte est la région située au sud de l'actuelle Égypte. De tout temps, le Nil ayant été l'axe de préoccupation principal des Égyptiens, c'est donc à lui que fait référence le qualificatif haut.

Le Nil prenant sa source en Afrique centrale (dans la région des Grands Lacs) et se jetant dans la mer Méditerranée dans le delta au nord, il est logique (selon la loi de l'écoulement des fleuves) que le sud du pays soit plus élevé que le nord. C'est pourquoi la Haute-Égypte correspond à la partie sud de l'Égypte, de la nécropole thébaine jusqu'au haut barrage d'Assouan et au début de la Nubie.

La Nubie est aujourd'hui une région du nord du Soudan et de l'extrémité sud de l'Égypte, longeant le Nil.

Dans l'Antiquité, la Nubie était un royaume indépendant dont les habitants de la Nubie parlaient des dialectes apparentés aux langues couchitiques. Le birgid, un dialecte particulier, était parlé jusqu'au début des années 1970 au nord du Nyala au Soudan, dans le Darfour. L'ancien nubien était utilisé dans la plupart des textes religieux entre les VIIIe et IXe siècles.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nubie

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A8bes_(%C3%89gypte)

Thèbes (aujourd'hui Louxor) est le nom grec (Thebai) de la ville d'Égypte antique Ouaset (« Le sceptre » ou « La Puissante »), appartenant au quatrième nome de Haute-Égypte.

D'abord obscure capitale de province, elle prend une importance nationale à partir de la XIe dynastie. Elle est en effet la ville d'origine des dynastes de la famille des Antef, qui fondent la XIe dynastie, des Montouhotep I - II, liquidateurs de la première période intermédiaire et rassembleurs des Deux Terres[1], c'est-à-dire de la Haute et de la Basse-Égypte.

Thèbes est également la patrie de Séqénenrê Taâ II dit « le Brave », dont les successeurs, Kamosé et Ahmôsis, vont libérer l'Égypte des Hyksôs et clore la deuxième période intermédiaire.

Le site de Thèbes est peuplé, au moins, depuis le Paléolithique moyen.

Thèbes l'égyptienne

On y adorait principalement trois dieux, Amon « Le caché », Mout « La mère » et Khonsou « Le voyageur », regroupés dans la triade thébaine. Un autre dieu y avait son temple : Montou, divinité guerrière également adorée non loin de Thèbes.

Il est probable que Montou était à l'origine la divinité principale de la région thébaine, car outre son sanctuaire de Karnak, on lui dédia des temples à Hermonthis, à Tôd, et à Médamoud, cités à la périphérie de Thèbes, qui formaient le Palladium de Thèbes décrit par les auteurs gréco-romains qui visiteront la région : une enceinte divine et magique dont les temples du dieu guerrier hiéracocéphale sont autant de forteresses qui protègent la cité d'Amon contre toute agression du mal.

 le culte d'Amon éclipse peu à peu celui de Montou. Le culte de cette antique divinité retrouvera un second développement lors de la Basse époque et de la domination grecque puis romaine : les temples sont alors reconstruits et le culte de l'hypostase divine du dieu sous la forme du taureau Boukhis devint, tout comme celui d'Apis, l'élément central de la liturgie thébaine.

Thèbes prend un essor extraordinaire au Nouvel Empire, en tant que résidence du dieu dynastique Amon-Rê. La ville devient alors l'« Héliopolis du Sud », toute consacrée au culte du dieu dynastique, étroitement associé à l'idéologie royale. Son territoire devient également le siège de la nécropole royale, avec le creusement dans la montagne thébaine de dizaines d'hypogées royaux.

Sur la rive est se dressaient les maisons des vivants, de part et d’autre des voies processionnelles qui reliaient les enceintes de Karnak et le temple de Louxor, voies qu'empruntaient les barques sacrées d'Amon, de Mout et de Khonsou lors de la fête d'Opet. Sur la rive ouest, la rive des morts, sont établis les tombeaux royaux, « demeures d'éternité » des pharaons, et les temples funéraires, leurs « Châteaux des Millions d'années », que le dieu Amon venait visiter chaque année, lors de la « Belle Fête de la Vallée ». Si, au cours de la XVIIIe dynastie, l'idéologie royale et le culte d'Amon-Rê semblent concorder, l'une alimentant l'autre[2], on sent à partir de la XIXe dynastie un déséquilibre entre le pouvoir royal et les ambitions du clergé d'Amon-Rê. Ce déséquilibre va s'accentuer à la dynastie suivante pour s’achever à la fin du Nouvel Empire par une partition de fait du pays entre Ramsès XI, qui ne réussit à maintenir son autorité que sur le nord du pays, et le grand prêtre d’Amon Hérihor, qui gouverne le sud depuis Thèbes.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A8bes_(%C3%89gypte)

Suite ! 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×