Règle de Benoit S7

 

66. Des portiers du monastère.

A la porte du monastère se tiendra un frère avisé, d'âge avancé, capable de recevoir et de rapporter un message, et d'une maturité qui le réserve de rôder partout. Ce portier aura sa loge tout près de l'entrée, afin que les survenants trouvent toujours sur place quelqu'un avec qui traiter. Dès que retentit le heurtoir ou l'appel d'un pauvre, il dit de son côté: Deo gratias ou Benedicite, et il se hâte, dans l'ardeur de la charité, de donner une réponse toute empreinte de la mansuétude qui procède de la crainte de Dieu. Le portier, s'il a besoin d'aide, recevra l'assistance d'un frère plus jeune.

Au reste, le monastère si faire se peut, doit être pourvu de tous les aménagements nécessaires : l'eau, le moulin, le jardin, les ateliers, en sorte que les diverses activités s'exercent à l'intérieur de la clôture, et que les moines n'aient aucun prétexte â courir au dehors, car cela ne vaut rien du tout pour leurs âmes.

Nous ordonnons que cette Règle soit lue fréquemment en communauté, pour que nul ne puisse alléguer l'ignorance comme excuse.

67. Des frères qu'on envoie au dehors.

Les frères qui doivent se mettre en route se recommanderont aux prières de tous, ou du moins de l'abbé; et après la dernière oraison de l'office divin on fera mémoire de tous les absents.

Le jour même de leur retour, les frères qui rentrent de voyage se prosterneront sur le sol de l'oratoire, à toutes les heures canoniales, au moment où s'achève l'Œuvre de Dieu, et ils solliciteront ainsi la prière de tous, à cause des écarts auxquels on est exposé, lorsque, en cours de route, on se laisse surprendre à regarder ou écouter ce qui est répréhensible, ou qu'on se livre à de vains bavardages.

Nul n'aura non plus la sottise de rapporter à un autre tout ce qu'il a remarqué ou entendu raconter hors clôture: car c'est là l'occasion de beaucoup de misères. Celui qui aurait cette témérité serait soumis à la discipline régulière. On punira de même celui qui se permettrait de quitter l'enceinte du monastère, de partir pour quelque destination ou de prendre des initiatives, fussent-elles de peu d'importance, qui n'auraient pas l'approbation de l'abbé.

68. Si l'on enjoint à un frère des choses impossibles.

S'il arrive qu'on enjoigne à un frère des choses pénibles ou même impossibles, il commencera par accueillir en toute mansuétude et soumission l'ordre donné. Mais s'il voit que la charge qu'on lui impose surpasse la mesure de ses forces, il attendra patiemment le moment favorable de soumettre au supérieur les motifs pour lesquels il ne peut exécuter ses volontés, sans opposer d'ailleurs ni orgueil. ni résistance, ni contestation. Si toutefois, après avoir entendu ses raisons, le supérieur persiste dans son propre sentiment et maintient l'ordre donné, l'inférieur doit croire que cette épreuve est pour son bien, et, puisant dans la charité la confiance que Dieu lui viendra en aide, qu'il prenne le parti d'obéir.

69. Que dans le monastère on ne peut présumer de se protéger l'un l'autre.

Il faut prendre grand soin que nul dans le monastère et sous aucun prétexte n'ait l'audace d'en défendre un autre ou de l'entourer d'une sorte de tutelle, quand bien même ils seraient unis par les liens de la plus étroite parenté. En aucune manière les moines n'auront semblable hardiesse, car cela dégénérerait bien vite en graves scandales. Et si quelqu'un transgresse cette défense, qu'il soit châtié très sévèrement.

 70. Que nul ne s'arroge le droit de corriger à tout propos.

Il est interdit dans le monastère de s'attribuer prétendument un droit d'intervention. Aussi déclarons-nous que nul n'est autorisé à excommunier ou à châtier qui que ce soit, sans en avoir reçu pouvoir de l'abbé. S'il faut reprendre ceux qui commettent une faute, cela doit se faire en public, et de manière que tout le monde en retire la leçon. Il est vrai que pour les enfants jusqu'à l'âge de quinze ans, tous leurs aînés apporteront leurs soins et leur vigilance à les maintenir dans la discipline; encore la sanction doit-elle être appliquée avec beaucoup de mesure et de sagesse.

Au reste, quiconque aurait la témérité de sévir contre les adultes sans l'ordre de l'abbé, quiconque également se fâcherait sur les enfants d'une manière déraisonnable, on le soumettrait à la discipline régulière pour lui rappeler qu'il est écrit: "Ce que tu ne veux pas qu'on te fasse, tu ne dois pas te le permettre au détriment d'autrui."

 71. Comment les frères s'obéissent mutuellement.

L'obéissance est un si grand bien qu'il ne suffit pas d'en rendre les devoirs à l'abbé, il faut encore que les frères s'obéissent les uns aux autres, persuadés que telle est la voie qui les mènera jusqu'à Dieu. Sans parler donc des ordres de l'abbé ou des officiers préposés par lui, - car nous ne pourrions admettre qu'on fasse passer avant l'autorité de ceux-ci aucune ordonnance particulière, - tous se prêteront de grand cœur et en parfaite charité aux volontés de leurs anciens. Et s'il se rencontrait un frère porté à l'obstination, il faudrait l'en punir.

Lorsqu'un frère est repris de quelque manière pour une raison quelconque, fût-elle minime, par l'abbé ou par un des anciens, ou encore s'il s'aperçoit de quelque irritation ou d'une certaine émotion, même modérée, dans les dispositions d'un religieux plus ancien que lui, aussitôt, sans hésiter, il se prosternera à ses pieds pour faire satisfaction, et il restera ainsi jusqu'à ce que le supérieur, en le bénissant, lui montre que son émoi s'est apaisé. Celui qui mépriserait ce point de la Règle, subira un châtiment corporel, ou même, s'il persiste dans son opiniâtreté, se verra expulser du monastère.

 72. Du bon zèle qui doit animer les moines.

Il est un zèle amer, un faux zèle qui sépare de Dieu et conduit à l'enfer. Il est, par contre, un saint zèle qui ne sépare que des vices et qui mène à Dieu ainsi qu'à la vie éternelle. Ce bon zèle, les moines doivent s'y exercer avec la plus ardente charité; ce qui revient à dire:

qu'ils s'honorent mutuellement de respectueuses prévenances;
qu'ils supportent avec une inaltérable patience les infirmités physiques ou morales de leur prochain;
qu'ils se rendent à l'envi une exacte obéissance;
que nul ne recherche son propre avantage, mais plutôt ce qu'il juge profitable à autrui;
qu'ils échangent entre eux d'honnêtes marques de charité fraternelle;
que leur crainte de Dieu soit inspirée par l'amour;
qu'ils portent à leur abbé une affection humble et sincère;
qu'ils ne préfèrent absolument rien au Christ, lequel daigne nous conduire tous tant que nous sommes à la vie éternelle!

 73. Comme quoi toute l'observance de la justice n'est pas comprise dans cette Règle.

En composant la présente Règle, nous avons voulu faire connaître une observance monastique propre à nous garantir une certaine dignité de mœurs et à servir de point de départ pour la sanctification. Quant à presser la marche vers l'achèvement de la vie surnaturelle, chacun saura tirer de la doctrine des Pères les préceptes capables de le mener jusqu'au sommet de la perfection. Est-il, en effet, dans l'Ancien comme dans le Nouveau Testament, une seule page, une seule parole inspirée de Dieu qui n'enseigne les normes les plus exactes de la conduite à tenir ici-bas? Est-il un livre des saints Docteurs, nos pères dans la foi catholique, qui ne nous fasse entendre la manière de nous élever, par une voie droite et rapide, jusqu'à notre Créateur? Et les Conférences des Pères, et leurs Institutions et leurs Vies, sans parler de la Règle de notre Père Saint Basile, qu'y trouve-t-on, si ce n'est tout l'outillage des vertus proposées aux moines pour mener une vie sainte dans l'obéissance? Ah! quand on songe à quel point nous restons lâches, remplis de défauts et de négligences, il y a de quoi en rougir de confusion ! Pour toi, mon frère, qui te hâtes vers la patrie céleste, accomplis d'abord, avec l'aide du Christ, cette Règle que nous te présentons comme une initiation très modeste: un jour viendra où, sous la protection de Dieu, tu monteras plus haut et pourras atteindre les sommets de doctrine et de vertu que nous venons de mentionner.

 

 Suite !!

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site