La Prière pour recevoir l'esprit du Seigneur Jésus CHRIST du sacré coeur !!

 

LA PRIÈRE DE LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

* Cette prière qui trouve son origine en 1951 à Amsterdam a reçu jusqu’à ce jour de nombreux imprimaturs.
La Congrégation pour la Doctrine de la Foi (2006), après en avoir délibéré avec l’évêque ordinaire, a approuvé le texte de la prière en demandant toutefois, afin d’éviter d’éventuels malentendus, de remplacer l’incise initiale « qui fut un jour Marie » par « la bienheureuse Vierge Marie ».



La prière de la Dame de tous les Peuples et son image sont au cœur des messages. La Dame de tous les Peuples nous demande de dire cette courte mais si puissante prière au moins une fois par jour.

« Vous verrez encore bien des choses en ce siècle. Vous, peuples de ce temps, sachez que vous êtes sous la protection de la Dame de tous les Peuples ! Invoquez-la comme Avocate ; demandez-lui d’écarter toutes les calamités. Demandez-lui de bannir la corruption de ce monde. De la corruption proviennent les calamités ; de la corruption proviennent les guerres. Par ma prière, vous demanderez que cela soit épargné au monde. Vous ne connaissez ni la grandeur ni l’importance qu’a cette prière auprès de Dieu. Il exaucera sa Mère quand elle voudra être votre Avocate. » (31 mai 1955)

 

 

LA DAME DE TOUS LES PEUPLES FORMULE LA PRIÈRE
POUR LA PREMIÈRE FOIS


Dès sa première apparition du 25 mars 1945, la Sainte Vierge parle de sa PRIÈRE, comme si elle était déjà connue :
« Il faut diffuser la prière ! » Tel est son souhait ! Toutefois, ce n’est que six ans plus tard, lors d’une visite en Allemagne, en l’anniversaire de l’apparition de Lourdes, le 11 février 1951, qu’avec émotion, la voyante entend cette prière pour la première fois, de la bouche de la Vierge Marie elle-même. Elle la reçoit au cours d’une vue prophétique sur le futur concile de Vatican II. C’est dire clairement l’importance universelle de cette prière trinitaire.
La première exhortation de la Vierge Marie se porte sur la Croix :
« Que tous reviennent à la croix, c’est la seule façon de ramener la paix. » (11.02.1951)
Et le récit d’Ida se poursuit :
« Tandis que je suis toujours avec la Dame devant la croix, elle dit : ‘Répète après moi.’ Cela me paraît un peu bizarre. Je me dis : est-ce que je ne répète pas tout ce qu’elle me dit ? Or, tout d’un coup, je vois la Dame devenir encore plus belle qu’elle n’est déjà. La lumière qu’elle a toujours autour d’elle, se fait si crue et si vive que j’ai beaucoup de peine à la fixer. La Dame, qui gardait les mains tendues vers le bas, les élève à présent, l’une contre l’autre. Son visage se fait tellement céleste, tellement noble qu’il n’y a pas de mots pour l’exprimer. Son corps se fait encore plus transparent et devient si beau qu’à le regarder, j’en suis toute transportée. La Dame dit alors : ‘Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père ... ’ La Dame dit cette prière d’une voix tellement belle et impressionnante que personne au monde ne saurait l’imiter. Elle insiste sur ‘à présent’ dans ‘envoie à présent Ton Esprit’ et sur ‘tous’ dans ‘fais habiter l’Esprit Saint dans les cœurs de tous les Peuples’. Elle dit aussi le mot ‘Amen’ sur un ton très beau et très solennel. Je reste devant la croix et je continue à prier et à répéter ces mots que la Dame m’a dictés. Ils sont comme gravés en moi. Je les vois maintenant écrits en grosses lettres :

 

SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST,
FILS DU PÈRE,
ENVOIE À PRÉSENT TON ESPRIT SUR LA TERRE.
FAIS HABITER L’ESPRIT SAINT,
DANS LES COEURS DE TOUS LES PEUPLES,
AFIN QU’ILS SOIENT PRÉSERVÉS
DE LA CORRUPTION, DES CALAMITÉS
ET DE LA GUERRE.
QUE LA DAME DE TOUS LES PEUPLES,
QUI FUT UN JOUR MARIE,
SOIT NOTRE AVOCATE.
AMEN.

 Alors seulement, je comprends qu’il s’agit d’une prière. Ce qui m’étonne, c’est que je n’ai jamais eu besoin de relire cette prière après ce message. Elle était comme imprimée dans ma mémoire, j’ai pu la dire sans effort et, dès lors, je l’ai répétée sans cesse. Et à chaque fois me revient en mémoire le ton sur lequel elle l’a prononcée. Je ne saurais vous le rendre. Personne ne peut l’imiter, elle priait de façon si belle, si prenante. »
Après avoir communiqué la prière, la Dame poursuit :
« Mon enfant, cette prière est tellement simple et courte que chacun peut la dire dans sa propre langue et devant sa propre croix. Et ceux qui n’ont pas de croix, qu’ils la disent en eux-mêmes. Tel est le message que je veux dire précisément aujourd’hui, car je viens dire maintenant que je veux sauver les âmes » (11 février 1951)

 

 

...QUI FUT UN JOUR MARIE

 

Dès le 2 juillet 1951, la Vierge Marie en donnait une explication claire, concise et simple : « ‘Qui fut un jour Marie, veut dire : Beaucoup de gens ont connu Marie en tant que Marie. Mais maintenant, en cette nouvelle époque qui s’ouvre, je veux être la Dame de tous les Peuples.» ‘Qui fut un jour Marie, veut dire : Il y en a beaucoup qui ont connu Marie en tant que Marie. Mais maintenant, dans cette nouvelle époque qui s’ouvre, je veux être la ‘Dame de tous les Peuples’ »
« Beaucoup de gens » - de fait, la grande majorité des peuples, par le passé comme de nos jours - ont effectivement « connu Marie », la Mère de Jésus, sous le seul titre et nom de « Marie » (2 juillet 1951) Il faut bien le reconnaître surtout quand on pense que les chrétiens ne constituent qu’un sixième de l’humanité ! Cependant, « maintenant, en cette nouvelle époque qui s’ouvre », Dieu veut que les peuples connaissent Marie non plus de nom seulement, tout lui en restant indifférent, mais qu’ils la prennent personnellement pour mère et l’aiment comme telle, qu’elle ne soit plus seulement Marie, mais qu’on l’appelle ‘ma mère’, ‘notre mère’, ainsi qu’elle l’annonçait s dès le premier message d’Amsterdam : « On m’appellera ‘la Dame’, ‘Mère’. » (25 mars 1945) Or, si je ne me contente pas de lui dire ‘Marie’, et que je l’appelle du nom de ‘Mère’, cela signifie que quelque chose d’essentiel change dans ma relation envers elle !
Tout le monde cependant, ne se déclare pas satisfait d’une explication aussi simple. C’est pourquoi, au cours de la 41ème vision, la Vierge Marie décrit, à l’appui de l’Ecriture Sainte, comment s’est fait ce passage du nom de ‘Marie’ au titre de ‘DAME DE TOUS LES PEUPLES’. C’est surtout aux théologiens que s’adresse cette référence à l’Evangile.
« Dis ce qui suit aux théologiens : Lors du sacrifice de la Croix, La Dame vint. Le Fils a dit à sa Mère : “Femme, voici ton fils.” C’est donc lors du sacrifice de la Croix que s’est produit le changement. Le Seigneur et Créateur a choisi, entre toutes les femmes, Miryam ou Marie pour devenir la Mère de son Fils divin. Elle est devenue la Dame lors du sacrifice de la Croix, la Corédemptrice et Médiatrice. C’est ce que le Fils a annoncé en retournant auprès du Père. C’est pourquoi j’apporte en ce temps ces paroles nouvelles et je dis : je suis la Dame de tous les Peuples, qui fut un jour Marie.
Dis-le à vos théologiens. C’est la signification qu’ont ces paroles pour les théologiens. »
(6 avril 1952)

 

 

 N’ES-TU PAS TOUJOURS MARIE ?

 

Presque tous ceux qui entendent ou disent la prière pour la première fois, butent sur un point qui les rend perplexes et s’interrogent comme le firent de leur temps la voyante et son directeur spirituel : « Mais n’es-tu pas toujours Marie, de ton temps comme du nôtre, la même Marie et pas une autre ! »
Certes, Marie reste pour nous ‘Marie’ ! C’est du reste sous ce nom que dans la prière du Rosaire, nous ne cessons de l’invoquer à chaque « Je vous salue, Marie ! ». Et pourtant, en choisissant ce titre, la Dame de tous les Peuples veut exprimer le merveilleux développement que même sa vocation a connu. Il s’agit toujours de la même personne, de Marie. Toutefois, à Amsterdam, celle ‘qui fut un jour Marie’ souhaite être invoquée comme ‘LA DAME, MÈRE DE TOUS LES PEUPLES’, c’est à dire au point culminant de sa vocation de Corédemptrice. Car Marie, elle-aussi, est devenue dans sa vie ce que de prime abord elle n’était pas encore.
Par son FIAT, cette jeune fille toute simple et inconnue de Nazareth, Marie, qui n’en était pas moins l’ Immaculée Conception, la Pleine de Grâces, devint la Mère du Fils Divin. Elle qui était la Mère de Jésus, devint de surcroît, la Dame, Mère de tous les Peuples par la souffrance qu’elle partageait avec le Rédempteur. Aujourd’hui, dans notre temps, elle désire que tous les peuples la reconnaissent et l’aiment comme telle.
Même pour Marie, tout est question de participation et de correspondance personnelle dans la fidélité ! Il est peut-être utile d’illustrer ici notre propos par quelques exemples concrets qui nous permettront de mieux comprendre le principe de croissance d’une vocation : on ne parvient au but auquel Dieu appelle qu’à la mesure de sa participation personnelle à l’œuvre de la grâce et de la part de souffrance qu’on y prend.
« Que le Père et saint Patron de l’Eglise qui fut un jour Josef, soit notre avocat ! »
Ou encore, parlant d’un pape :
« Que le pape Pie X, qui était autrefois Josef Sarto, intercède au ciel en notre faveur ! »
Ecoutons la voyante elle-même qui, après en avoir approfondi le sens, aimait à donner la comparaison suivante à ceux qui l’interrogeaient : c’est comme pour la reine Beatrix ; la petite fille qu’elle était et qu’on voyait jouer, avait déjà la vocation d’être un jour la reine des Pays-Bas. De même en fut-il pour Marie, qui un jour, a mené la vie retirée et simple d’une jeune fille d’une bourgade inconnue, Nazareth, et qui est devenue la Dame, Mère de tous les Peuples.

 

 PUISSANCE DE LA PRIÈRE

« Vous verrez encore bien des choses en ce siècle.» (31 mai 1955), dit Marie. Mais elle nous promet que, si nous récitons sa prière, « la corruption, les calamités et la guerre seront détournées de ce monde » (11 octobre 1953) et la confusion spirituelle en sera dissipée. Elle est mandatée en tant que DAME DE TOUS LES PEUPLES pour ce temps-ci, afin de « sous ce titre et par cette prière, délivrer le monde d’une grande catastrophe. » (10 mai 1953) Que cette prière est donc puissante !
C’est en termes clairs que la Mère de Dieu décrit la situation spirituelle du monde actuel:
« Satan est encore le prince de ce monde. Il tient en main ce qu’il peut... La Dame devait apporter maintenant sa prière sur ce monde satanique. Car le Saint Esprit doit encore venir sur les peuples. » (4 avril 1954) C’est en tant que LA DAME DE TOUS LES PEUPLES qu’elle est envoyée à présent, « pour expulser Satan. ... Vous devez cependant prier la prière que j’ai donnée. » (31 mai 1955)
Cette prière est par conséquent, l’arme décisive et puissante à manier dans la lutte contre Satan. Par cette prière, en effet, nous demandons concrètement à l’Esprit Saint de venir, maintenant, à l’instant, ce qui a pour effet immédiat que Satan doive quitter les lieux où nous sommes, sur le champ. Nous ne prions pas comme dans un exorcisme : « Retire-toi, Satan! », ou comme dans la prière de Léon XIII adressée à l’archange Saint Michel : « ... précipite en enfer Satan et les autres esprits maléfiques, ... par le doigt de Dieu ». Bien plus, la prière d’Amsterdam fait monter de notre cœur une supplication : « Viens, Esprit Saint! » Notre Mère sait bien en effet que là où est l’Esprit Saint d’Amour, le Malin n’y a pas de place. Aujourd’hui, en ces temps pleins d’inquiétude, elle se présente comme notre Avocate (cf. 31 décembre 1951), ... car
« Il est donné à la Dame de tous les Peuples d’apporter la paix au monde. » (11 novembre 1953)

 

DIFFUSION

Telle une missionnaire, qui veut sauver toutes les âmes, la Vierge Marie nous parle dès sa première apparition d’un désir qui lui tient à cœur :
« Il faut diffuser la prière! » (25 mars 1945)

 
Elle connaît en effet le Plan divin pour le Salut de l’Humanité :

 « Cette prière est donnée pour la rédemption du monde. Cette prière est donnée pour la conversion du monde. » (31 décembre 1951) C’est pourquoi elle nous prie : « Diffuse donc ma prière, la prière du Seigneur ! » (31 mai 1957)
A tous ceux qui participeront à cette oeuvre de diffusion, elle donnera la force et la fermeté d’âme, avec cette assurance :
« Je les aiderai ! » (15 novembre 1951) En premier lieu, c’est à Ida que revient cette tâche : « Fais ton travail et veille à la diffusion. » (31 décembre 1951) « Livre-toi uniquement à cette tâche et apporte ton aide spirituelle et physique en récitant la prière de la Dame de tous les Peuples. » (17 février 1952)

 

Une fois encore, la Sainte Vierge se sert de l’image des flocons de neige pour faire comprendre à la voyante que partout, on doit réciter cette prière. « A ses pieds, je vois le globe terrestre tourner sur son axe, et des flocons de neige qui tombent partout en couches épaisses. Puis la Dame dit :‘As-tu vu cela ? C’est ainsi que la Dame de tous les Peuples sera apportée dans le monde, de ville en ville, de pays en pays. Dans la simple prière, une seule communauté va se former.’» (17 février 1952)
« Je veux que cela (la diffusion) se fasse en beaucoup de langues. »
(4 mars 1951) et que la prière soit répandue « ...dans les pays, où la foi est en déclin. » (15 avril 1951) Car : « La Dame de tous les Peuples n’est pas destinée à un seul pays, à un seul endroit, elle est destinée au monde, aux peuples. » (11 octobre 1953) « Ils y ont tous droit. » (29 avril 1951) On comprend mieux dès lors, le souhait explicite de la Mère de tous les Peuples, que sa prière soit « dite dans toutes les églises » (8 décembre 1952) et diffusée « avec les moyens modernes. » (31 décembre 1951) Oui, les chrétiens « doivent prier ma prière contre la corruption, les calamités et la guerre et la porter parmi tous les peuples. » (11 octobre 1953) Enfin, et ce n’est pas une moindre demande, la Dame de tous les Peuples attend de tous ceux qui s’engageront pour cette cause qu’ils le fassent avec empressement, un grand sérieux et toute l’ardeur de leur zèle, car ils oeuvrent pour la cause « dont le Fils veut la réalisation. » (29 avril 1951)

 

LA PRIÈRE EN DIVERSES LANGUES

* Cette prière qui trouve son origine en 1951 à Amsterdam a reçu jusqu’à ce jour de nombreux imprimaturs.
La Congrégation pour la Doctrine de la Foi (2006), après en avoir délibéré avec l’évêque ordinaire, a approuvé le texte de la prière en demandant toutefois, afin d’éviter d’éventuels malentendus, de remplacer l’incise initiale «
qui fut un jour Marie » par « la bienheureuse Vierge Marie ».

 http://www.de-vrouwe.nl/french/index.html

 

 

 Suite !   http://efforts.e-monsite.com/pages/l-image-coredemptrice.html

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site