Je veux être la femme de tous les peuples !! Un dessein particulier !!

 

26e Message
25 janvier 1951


Un rêve
Ce message est constitué en réalité par un rêve . Je m’étais vraiment endormie et j’ai fait un rêve.

 

Mais au moment où j’ai reçu ce message, j’étais dans un état semi-conscient.

 

Quand il a été terminé, je me suis complètement réveillée.

 

Je me suis levée et j’ai écrit moi-même ce message :
Dans la nuit du 24 au 25 janvier 1951, j’ai rêvé que je me trouvais dans un endroit quelconque bien loin d’ici, dans une petite salle ou une pièce étrange.

 

Tout d’un coup, la Dame est apparue en face de moi. Elle était vêtue d’un ample manteau qui l’enveloppait.

 

Elle avait autour du cou le voile que, normalement, elle portait sur la tête ; ses pieds nus étaient glissés dans des sandales.

 

Elle m’a dit :
« Regarde bien et écoute. »

 

 

La Cène
J’ai vu alors une longue table et, derrière, un genre de canapé sur lequel différents hommes ont pris place, à demi-allongés.

 

Au milieu d’eux, je voyais une Personne lumineuse qui avait devant elle du pain et un calice avec du vin.

 

La Dame se tenait derrière tous ces hommes.

 

Elle a répété :
« Regarde bien et écoute ! »

 

 

À la table du Seigneur
Tout d’un coup, la salle s’est changée en une grande église remplie de monde. La Dame et moi-même, nous étions au milieu, à regarder.

 

J’ai alors entendu la voix de la Dame :

 

« On promulguera, il faudra promulguer un décret afin que les gens n’aient plus besoin d’être à jeun pour communier.

 

Il y a tellement de gens qui, une fois à l’église, ressentent un besoin prodigieux d’aller à la table et qui en sont écartés parce qu’ils ne sont pas restés à jeun. »

 

La Dame a alors désigné ces hommes et a dit :
« Ces hommes aussi sont passés directement de la rue à la table. »
Et tout d’un coup, en un éclair, j’ai revu la salle.

 

 

Un nouveau décret
« Tiens, regarde »,
a dit la Dame.
« Ils ne sont d’abord qu’un petit nombre à aller s’agenouiller pour recevoir la communion. »
Et puis, tout d’un coup, j’ai entendu une voix qui semblait venir du dehors et qui a promulgué ce décret. J’ai alors vu les gens affluer vers le banc où ils s’agenouillaient pour recevoir la communion.

 

La Dame a dit :
« Voilà ce qui doit arriver et ce qui arrivera. Vois-tu à présent la différence ? »
Et aussitôt, tout a disparu et je me suis réveillée.

 

-----------

32

Dans le message suivant, la Dame revient sur ce rêve.

33

Le 6 janvier 1953 et le 19 mars 1957, le Pape Pie XII publia des décrets dans lesquels il assouplissait la pratique de la communion à jeun. Cette mesure disciplinaire fut encore modérée par le Pape Jean XXIII.

 

 

 

 

 

 

 

 

27e Message


11 février 1951
(Notre-Dame de Lourdes)


La Dame, Marie, Mère de tous les Peuples
Je vois une lumière crue ; puis, je vois la Dame, debout.

 

Elle dit :
« Je suis la Dame, Marie, Mère de tous les Peuples.

 

Tu peux dire : la Dame de tous les Peuples ou Mère de tous les Peuples, qui fut un jour Marie.

 

C’est précisément aujourd’hui que je viens pour te dire que c’est cela que je veux être.

 

Les hommes de tous les pays finiront bien par ne faire qu’un ! »

 


La Dame reste debout, sans rien dire, dans cette attitude qui lui est familière, et sans me quitter des yeux.

 

Puis elle dit :

 

« Le monde entier est en révolution.

 

Pourtant, voici le plus grave : on met les hommes de ce monde en révolution. »
Il me semble alors que la Dame longe le globe terrestre et je vois le monde entier entrer dans un grand désordre et en révolution.

 

 

Le Concile Vatican II

 


« Je t’emmène là »,
dit la Dame à présent, et, tout d’un coup, je me trouve avec elle au-dessus de l’Italie.

 

Je vois le Vatican et j’entre ensuite avec la Dame dans la basilique Saint-Pierre.

 

Nous passons dans l’allée centrale et nous arrêtons à peu près au milieu de la basilique.

 

Des deux côtés, je vois des estrades, des bancs disposés en gradins. Sur les bancs, je vois un grand nombre de cardinaux et d’évêques avec des mitres blanches.

 

La Dame dit :
« Regarde bien ! Ce sont les évêques de tous les pays. »
Je vois maintenant le pape, assis et portant la tiare. Il est assis au bout de l’allée centrale.

 

Autour de lui, se tiennent quelques hommes d’Église.

 

Il tient un sceptre dans une main et, de l’autre, comme les fois précédentes, il lève deux doigts.

 

Il a un grand livre épais devant lui.

 

La Dame dit :

 

« Écoute bien, mon enfant. Il y a déjà eu des changements et d’autres sont en cours d’élaboration.

 

Toutefois, je veux porter le message du Fils.

 

La doctrine est bonne, mais les lois peuvent et doivent être changées.

 

Je désire te dire cela précisément aujourd’hui parce que le monde est en grande révolution.

 

Personne ne sait où ça va aller. C’est pourquoi le Fils veut que j’envoie ce message. »

 

 

Les douleurs de la croix

 

Je me trouve maintenant, tout d’un coup, devant une grande croix. Je la regarde et je ressens d’affreuses douleurs. J’ai des crampes de la tête aux pieds. C’est comme si tous les muscles de mes deux bras se contractaient, m’obligeant à serrer les poings. J’ai la tête comme écartelée et j’ai des sensations de fièvre comme si ma tête allait éclater. Tout cela fait que je me mets à pleurer. Je n’en peux plus et demande à la Dame d’être délivrée de tout ça.

 

Elle me sourit. Les douleurs durent encore un peu, puis c’est fini.

 

La Dame me dit alors :
« Que tous reviennent à la croix,

 

c’est la seule façon de ramener la paix. »

 

 

La prière est donnée

 

Tandis que je suis toujours avec la Dame devant la croix, elle dit :

 

« Répète après moi. »

 


Cela me paraît un peu bizarre. Je me dis : est-ce que je ne répète pas tout ce qu’elle me dit ?
Or, tout d’un coup, je vois la Dame devenir encore plus belle qu’elle n’est déjà.

 

La lumière qu’elle a toujours autour d’elle, se fait si crue et si vive que j’ai beaucoup de peine à la fixer.

 

La Dame, qui gardait les mains tendues vers le bas, les élève à présent, l’une contre l’autre.

 

Son visage se fait tellement céleste, tellement noble qu’il n’y a pas de mots pour l’exprimer.

 

Son corps se fait encore plus transparent et devient si beau qu’à le regarder, j’en suis toute transportée.

 

La Dame dit alors :

 


« Prie donc devant la croix :

Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père,


envoie à présent Ton Esprit sur la terre.


Fais habiter l’Esprit Saint


dans les cœurs de tous les peuples


afin qu’ils soient préservés


de la corruption, des calamités et de la guerre.


Que la Dame de tous les Peuples,


qui fut un jour Marie,


soit notre Avocate.


Amen. »

 

La Dame dit cette prière d’une voix tellement belle et impressionnante que personne au monde ne saurait l’imiter.

 

Elle insiste sur « à présent » dans « envoie à présent Ton Esprit » et sur « tous » dans « fais habiter l’Esprit Saint dans les cœurs de tous les Peuples ».

 

Elle dit aussi le mot « Amen » sur un ton très beau et très solennel.

 

Je reste devant la croix et je continue à prier et à répéter ces mots que la Dame m’a dictés.

 

Ils sont comme gravés en moi. Je les vois maintenant écrits en grosses lettres.

 

 

Le premier et principal commandement

 

La Dame poursuit :

 

« Mon enfant, cette prière est tellement simple et courte que chacun peut la dire dans sa propre langue

 

et devant sa propre croix. Et ceux qui n’ont pas de croix, qu’ils la disent en eux-mêmes.

 

Tel est le message que je veux dire précisément aujourd’hui, car je viens dire maintenant que je veux sauver les âmes. Coopérez donc tous à cette grande œuvre du monde.

 

Ah ! Si chaque homme essayait de mettre ça en pratique ! »

 

La Dame lève alors un doigt et dit :

 

« Surtout quant au premier et principal commandement : l’Amour. »

 

Je vois alors le mot « Amour » écrit en grandes lettres.

 

« Qu’ils commencent donc par là ! »,
dit la Dame.

 

Je vois ensuite un groupe donné de gens ; la Dame les regarde avec beaucoup de compassion et dit :
« Et les petits de ce monde diront alors : “À quoi bon ? N’est-ce pas les grands qui nous font cela ?” »
Elle dit cela de façon très belle ; il me semble qu’elle est profondément touchée par ces gens autour d’elle.

 

Mais alors, l’expression de son visage change et en insistant fortement sur les mots, elle dit :
« Et moi, je dis aux petits : si vous pratiquez, entre vous, la Charité dans toutes ses finesses, les grands n’auront plus aucune chance.

 

Allez devant votre croix et dites la prière que je vous ai dictée et le Fils l’exaucera ! »

 

 

L’enjeu du combat

 

La Dame me dit ensuite :
« Une autre grande catastrophe va se produire.
Les grands de ce monde vont rester en continuel désaccord.
Les gens chercheront de-ci de-là.

 

Méfie-toi des faux prophètes. Cherche et demande seulement le vrai Esprit, le Saint Esprit.

 

C’est en effet, en ce moment, une guerre d’idées. L’enjeu du combat, ce n’est plus les races ni les peuples ;

 

l’enjeu du combat, c’est l’esprit. Comprends bien cela ! »

 

 

Changer les lois

 


Puis la Dame croise les mains. Je vois à présent le pape avec des cardinaux et des évêques. Semblant s’adresser au pape, la Dame dit :
« Vous pouvez sauver ce monde. J’ai dit bien des fois : Rome a sa chance. Saisissez l’occasion.

 

Aucune église au monde n’est construite comme la vôtre.

 

Mais soyez de votre époque et pressez religieux, religieuses, prêtres, séminaristes, etc., etc. à adopter vos changements modernes. Ne perdez pas ça de vue.

 

Réalisez cela jusque dans le moindre détail.

 

La doctrine reste, mais il est possible de changer les lois.

 

Faites que les enfants de ce monde savourent davantage la mémoire de mon Fils. »

 

La Dame me dit ensuite à moi :
« Je t’ai fait voir dans le rêve comment on peut appliquer la pratique de la communion fréquente.

 

Je te dis cela pour les Pays-Bas et pour tous les pays où cela n’est pas fait. »

 

 

Les pays d’Europe. L’Amérique

 


« Pour l’Allemagne, je désire dire : qu’on travaille et qu’on travaille dur dans ce pays afin de ramener les gens, qui se sont égarés loin, très loin, au centre : la Croix.

 

Il y a trop peu de prêtres, mais il y a beaucoup de laïcs. Engagez une grande action parmi les laïcs pour les pousser à agir dans ce but !

 

Œuvrez dans ce sens avec surtout beaucoup d’amour et de charité.

 

Que les grands d’Allemagne apportent leur aide et ne se détournent pas de l’Église. Deutschland jedoch liegt mir sehr am Herzen. Die Mutter Gottes weint über die Kinder Deutschlands.

 

Pour la France, la Belgique, les Balkans et l’Autriche, je dis ceci : ne vous laissez pas envoyer vers l’esprit mauvais.

 

Pour l’Italie, je dis : vous, les grands d’Italie, connaissez-vous votre tâche ?
À l’Angleterre, je dis : je reviens, Angleterre.

 

À l’Amérique, je dis : ne pousse pas trop loin ta politique et cherche le vrai Esprit.

 

Je suis heureuse qu’en ce moment, l’Amérique trouve mieux la foi. »

 

 

L’Afrique, l’Asie. Nous prenons soin d’eux
« Pour l’Afrique, je dis : dis-leur que j’aimerais qu’on y fasse un séminaire ! J’aiderai les Dominicains.

 

Dis-le à ton directeur spirituel.

 

Dis-lui aussi que le Fils est satisfait de son travail et de sa direction.

 

Dis-lui d’oser, dans cette cause, en faire davantage. Je ne veux me servir de toi que pour accomplir la volonté du Fils en ce temps. Je veux tout de même te demander, à toi, d’aider les hommes autant que possible.

 

Je t’en donne la force et t’apporte le soutien nécessaire.

 

Ton directeur spirituel est choisi pour t’aider uniquement dans cette œuvre. Quant aux autres choses, tout peut rester tel quel. Il me comprendra.
Je veux ajouter à l’adresse des peuples de l’Est et des peuples asiatiques, qu’ils connaissent ou non le Fils :

 

Nous prenons soin d’eux. »

 

 

Ce temps, c’est notre temps

 


La Dame me montre une nouvelle fois le globe et me dit :
« Ce temps, c’est notre temps. Toi, mon enfant, tu sers d’instrument à seule fin de transmettre ces choses.

 

Tu feras cela. Oui, il y a assez de preuves que j’ai répétées aujourd’hui encore.

 

Dis que je veux être : la Dame de tous les Peuples. »

 

-----------

34

La voyante a reçu ce message alors qu’elle se trouvait Allemagne.

35

En voyant à la télévision des images du Concile Vatican II (1962-1965), la voyante a reconnu celles qu’elle décrit ici.

36

cf. 26e message

37

Cette phrase est en allemand dans le texte : « L’Allemagne, cependant, me tient très à cœur. La Sainte Vierge pleure sur les enfants d’Allemagne. »

38

Le directeur spirituel de la voyante était le Père Frehe de l’Ordre des Dominicains. Certains de ses confrères lui avaient demandé de prier pour la fondation d’un séminaire des Dominicains en Afrique.

28e Message
4 mars 1951


La volonté du Fils
Je vois une lumière crue et puis j’entends :
« Me revoici ! »
Je vois la Dame à travers cette lumière crue.

 

Elle est debout et dit :
« Regarde bien et écoute ce que j’ai à te dire. »
La Dame secoue alors la tête en signe de désapprobation et dit :
« Mon enfant, oui, tu vas transmettre mon message. Ma seule intention est de faire que l’on observe la volonté du Fils en ce temps. Comprends bien, tu n’es que l’instrument. »

 

 

L’image de la Dame

 


Puis, la Dame vient comme se placer en évidence devant moi et dit :


« Regarde mon image et observe-la bien. »

 


Et elle fait un geste comme pour dire : tiens, touche-la. Je peux réellement toucher les contours de sa forme, mais je les sens comme quelque chose d’immatériel. Elle a des cheveux épais et ondulés qui tombent sur ses épaules. On dirait par moments que c’est un être humain, et à d’autres moments, non.

 

Je vois à présent que son voile est fait d’un genre de lin de couleur blanche, mais d’un blanc cassé.

 

On dirait qu’elle l’a tiré en arrière pour montrer son visage.

 

La Dame dit :
« Voilà, grave-la bien dans ta mémoire.

 

 

Je me tiens sur le globe, les deux pieds fermement posés dessus.

 

De même, tu vois bien distinctement mes mains, mon visage, mes cheveux et mon voile.

 

Le reste est comme dans le flou. »

 


C’est comme si je voyais, pendant quelques instants, du flou autour d’elle.
« Regarde bien ce qui dépasse à hauteur de mes épaules, des deux côtés, et au-dessus de ma tête. »

 


Je m’aperçois, toute étonnée, que c’est une croix et je dis à la Dame :

 

« C’est une croix ; j’en vois dépasser les traverses et la poutre verticale. »

 

La Dame sourit et dit :

 

« Voilà, as-tu bien vu ? Je t’ai montré ma tête, mes mains et mes pieds pareils à ceux d’un être humain.

 

Fais bien attention : pareils à ceux du Fils de l’Homme. Le reste, c’est l’Esprit. »

 

 

La diffusion de la prière et de l’image

 


« Tu feras faire cette image, et la prière que j’ai dite, tu la diffuseras avec.

 

C’est mon souhait pour aujourd’hui et je veux que cela se fasse en beaucoup de langues.

 

Voilà la réponse pour ton directeur spirituel. Mon enfant, une fois de plus, j’insiste pour que cela soit réalisé.

 

Il est de la plus haute importance que toi, enfant de ce monde, tu ne laisses pas autrui t’en détourner.

 

Toi-même, tu seras forte et tu persévéreras. »

 

Je demande alors à la Dame : « Je me sens pourtant si faible en tout cela. Est-ce qu’ils vont le croire ? »

 

La Dame me répond :
« Je ne te demande pas autre chose que de faire ce que je te dis. On n’attend rien de plus.

 

Je désire seulement que ça se fasse.

 

Toi, être humain, tu n’es pas capable de mesurer toute la valeur que cela peut avoir.

 

Dis cela aussi à ton directeur spirituel.

 

C’est que je veux être la Dame de tous les Peuples en ce temps.

 

Et c’est pourquoi je désire qu’on traduise la prière, avec l’image,

 

dans toutes les langues les plus répandues et qu’on la prie tous les jours. N’aie pas peur ! »

 

 

L’explication de l’image

 

La Dame garde un moment le silence ; je la vois très distinctement.

 

Elle dit :
« Je vais à présent t’expliquer pourquoi je viens ainsi, sous cette forme.

 

Je me tiens devant la croix, en tant que Dame. La tête, les mains et les pieds pareils à ceux d’un être humain.

 

Le corps, cependant, comme appartenant à l’Esprit, le Fils étant venu de par la volonté du Père.

 

Mais à présent, l’Esprit va venir sur le monde ; c’est pourquoi je veux qu’on prie pour cela. »

 

La Dame marque une nouvelle pause ; puis elle dit :

 

« Je me tiens sur le globe parce que ceci concerne le monde entier. »

 

La Dame fait ensuite comme un arc de cercle de la main et dit :
« Regarde bien ! »
Je vois alors se former un arc de cercle d’un côté à l’autre de la traverse.

 

Le cercle semble être fait d’une étrange sorte de lumière et j’y vois apparaître des lettres d’imprimerie noires :

 

à gauche, « la Dame », en haut, au milieu, « de tous » et, à droite, « les Peuples ».

 


La Dame dit ensuite :
« Pourquoi te donner cela ici ? J’ai un dessein particulier, ce sera clair plus tard.

 

Transmets bien tout cela. Tel est mon message pour aujourd’hui.

 

L’esprit de fausseté s’infiltre tellement qu’il est nécessaire de mettre vite cela à exécution.

 

Le monde entier est en état de corruption ; c’est pourquoi le Fils envoie la Dame de tous les Peuples, qui fut un jour Marie. »

 

Suite !! 

http://efforts.e-monsite.com/pages/l-esprit-de-jesus-est-il-l-esprit-saint-de-dieu-facons-modernes-ramener-la-croix.html

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site