De grands hommes S3

 

http://www.pagesorthodoxes.net/saints/seraphim/seraphim-chemin.htm

L’attente joyeuse et confiante du siècle à venir est fortifiée chez saint Séraphim par la conviction qu’ici-bas déjà, et dans ce siècle, la vie du chrétien peut être une vie dans le Saint-Esprit. Plus encore que par ses paroles, saint Séraphim a manifesté par sa vie elle-même la présence, en ce monde, du Saint-Esprit. Il était devenu une flamme vivante, une lumière brûlante, un porteur de l’Esprit de Dieu sur terre, est-il dit dans les Annales de Divéveyo. Et lui-même a exprimé le secret de son rayonnement spirituel quand il disait : " Dieu est un feu qui réchauffe et enflamme notre coeur et nos entrailles de l’amour parfait, non seulement pour lui, mais aussi pour le prochain " (Instructions spirituelles, p. 193).

Les signes de la présence du Saint-Esprit en saint Séraphim furent, selon ses biographes, la joie et la paix surnaturelles qu’il répandait autour de lui. " Joyeux et lumineux comme celui d’un ange ", c’est ainsi qu’on dépeint le visage du starets. Et lui-même a dit que le signe de l’action de la grâce est " une vie ordonnée en paix " (Instructions spirituelles, 24) et une " intelligence joyeuse, d’une joie d’ange " (Ibidem), car " Dieu crée de la joie dans tout ce qu’il touche " (cf. Entretien avec Motovilov, p. 178). Il appelait chacun de ceux qui venaient à lui " ma joie " et il les saluait par la joyeuse salutation de Pâques : " Christ est ressuscité ".

Cette joie, il ne se contentait pas de la proclamer, mais il la déversait dans le coeur de ses interlocuteurs : " L’état d’âme du starets semblait couler dans l’âme des affligés et ils s’en retournaient ranimés par sa joie. Chacun de ceux qui venaient à lui était touché par le feu divin qui était en lui et l’humain commençait à s’embraser " (Annales de Divéyevo). La source profonde de cette action spirituelle était un amour sans bornes pour les humains, qui, avec la paix et la joie, lui apparaissait comme le don essentiel du Saint-Esprit. Il a exprimé la nature de sa propre tendresse pour ses enfants spirituels par l’exhortation adressée à un higoumène d’être pour les siens " non seulement comme un père, mais comme une mère ". D’autre signes, plus mystérieux, de la présence du Saint-Esprit dans la vie de saint Séraphim sont ses visions, son commerce familier avec la Mère de Dieu et les saints, son don de guérir, sa science surnaturelle des âmes humaines. Tout ceci est ramené par lui expressément au don du Saint-Esprit. La connaissance qu’a le saint du passé et l’avenir, des pensées secrètes de ses interlocuteurs, n’est pas le fruit d’un effort de la raison, d’une réflexion laborieuse. C’est un savoir intuitif, le " gai savoir " dans le Saint-Esprit. Saint Séraphim lui-même l’explique ainsi : " La première pensée qui s’élève en mon âme, je la considère comme un message de Dieu et je l’exprime sans savoir ce qui se passe dans l’âme de celui qui vient à moi ".

De toutes les grâces accordées au saint, la plus étonnante, pour nos esprits obscurcis par le péché, fut sans doute sa transfiguration corporelle par la Lumière du Saint-Esprit à laquelle il fut donné à Nicolai Motovilov de participer (voir l’Entretien avec Motovilov, pp. 176-181). Faisant entrevoir hic et nunc la transfiguration de l’homme et de la nature tout entière par le don du Saint-Esprit, la sainteté de saint Séraphim nous communique la sensation de la proximité du Royaume de Dieu : elle annonce la résurrection des morts et la vie du siècle à venir.

http://www.pagesorthodoxes.net/saints/seraphim/seraphim-motovilov.htm

L’ENTRETIEN AVEC MOTOVILOV

C'était un jeudi. Le ciel était gris. La terre était couverte de neige et d'épais flocons continuaient à tourbillonner lorsque le Père Séraphim engagea notre conversation dans une clairière, près de son " Petit Ermitage " face à la rivière Sarovka coulant au pied de la colline. Il me fit asseoir sur le tronc d'un arbre qu'il venait d'abattre et lui-même s'accroupit en face de moi.

- Le Seigneur m'a révélé, dit le grand starets, que depuis votre enfance vous désiriez savoir quel était le but de la vie chrétienne et que vous aviez maintes fois interrogé à ce sujet des personnages même haut placés dans la hiérarchie de l'Église.

Je dois dire que dès l'âge de douze ans cette idée me poursuivait et qu'effectivement j'avais posé la question à plusieurs personnalités ecclésiastiques sans jamais recevoir de réponse satisfaisante. Le starets l'ignorait.

- Mais personne, continua le Père Séraphim, ne vous a rien dit de précis. On vous conseillait d'aller à l'église, de prier, de vivre selon les commandements de Dieu, de faire le bien - tel, disait-on, était le but de la vie chrétienne. Certains même désapprouvaient votre curiosité, la trouvant déplacée et impie. Mais ils avaient tort. Quant à moi, misérable Séraphim, je vous expliquerai maintenant en quoi ce but réellement consiste.


Le vrai but de la vie chrétienne
consiste en l'acquisition
du Saint-Esprit de Dieu.

 

La prière, le jeûne, les veilles et autres activités chrétiennes, aussi bonnes qu'elles puissent paraître en elles-mêmes, ne constituent pas le but de la vie chrétienne, tout en aidant à y parvenir. Le vrai but de la vie chrétienne consiste en l'acquisition du Saint-Esprit de Dieu. Quant à la prière, au jeûne, aux veilles, à l'aumône et toute autre bonne action faite au nom du Christ, ce ne sont que des moyens pour l'acquisition du Saint-Esprit.

L'acquisition du Saint-Esprit

C'est donc dans l'acquisition de cet Esprit de Dieu que consiste le vrai but de notre vie chrétienne, tandis que la prière, les veilles, le jeûne, l'aumône et les autres actions vertueuses faites au Nom du Christ ne sont que des moyens pour l'acquérir.

-- Comment l'acquisition ? demandai-je au Père Séraphim. Je ne comprends pas très bien.

-- L'acquisition, c'est la même chose que l'obtention. Vous savez ce que c'est que d'acquérir de l'argent? Pour le Saint-Esprit, c'est pareil. Pour les gens du commun, le but de la vie consiste en l'acquisition d'argent - le gain. Les nobles, en plus, désirent obtenir des honneurs, des marques de distinction et autres récompenses accordées pour des services rendus à l'État. L'acquisition du Saint-Esprit est aussi un capital, mais un capital éternel, dispensateur de grâces ; très semblable aux capitaux temporels, et qui s'obtient par les mêmes procédés. Notre Seigneur Jésus Christ, Dieu-Homme, compare notre vie à un marché et notre activité sur terre à un commerce. Il nous recommande à tous " Négociez jusqu'à ce que je vienne, en économisant le temps, car les jours sont incertains " (Lc 19,12-13 ; Ép 5,15-16), autrement dit : Dépêchez-vous d'obtenir des biens célestes en négociant des marchandises terrestres. Ces marchandises terrestres ne sont autres que les actions vertueuses faites au Nom du Christ et qui nous apportent la grâce du Saint-Esprit.

 

Dans la parabole des vierges sages et des vierges folles (Mt. 25,1-13) quand ces dernières manquèrent d'huile, il leur fut dit : " Allez en acheter au marché. " Mais en revenant, elles trouvèrent la porte de la chambre nuptiale close et ne purent entrer. Certains estiment que le manque d'huile chez les vierges folles symbolise l'insuffisance d'actions vertueuses faites dans le courant de leur vie. Une telle interprétation n'est pas entièrement juste. Quel manque d'actions vertueuses pouvait-il y avoir puisqu'elles étaient appelées vierges, quoique folles ? La virginité est une haute vertu, un état quasi-angélique, pouvant remplacer toutes les autres vertus. Moi,, misérable, je pense qu'il leur manquait justement le Saint-Esprit de Dieu. Tout en pratiquant des vertus, ces vierges, spirituellement ignorantes, croyaient que la vie chrétienne consistait en ces pratiques. Nous avons agi d'une façon vertueuse, nous avons fait oeuvre pie, pensaient-elles, sans se soucier si, oui ou non, elles avaient reçu la grâce du Saint-Esprit. De ce genre de vie, basé uniquement sur la pratique des vertus morales, sans un examen minutieux pour savoir si elles nous apportent - et en quelle quantité - la grâce de l'Esprit de Dieu, il a été dit dans les livres patristiques : " Certaines voies qui paraissent bonnes au début conduisent à l'abîme infernal " (Pr 14,12).

En parlant de ces vierges, Antoine le Grand dit dans ses Épîtres aux Moines : " Beaucoup de moines et de vierges ignorent complètement la différence qui existe entre les trois volontés agissant à l'intérieur de l'homme. La première est la volonté de Dieu, parfaite et salvatrice ; la deuxième - notre volonté propre, humaine, qui, en soi, n'est ni néfaste ni salvatrice ; tandis que la troisième - diabolique - est tout à fait néfaste. C'est cette troisième volonté ennemie qui oblige l'homme soit à ne pas pratiquer la vertu du tout, soit à la pratiquer par vanité, ou uniquement pour le " bien ", et non pour le Christ. La deuxième, notre volonté propre, nous incite à satisfaire nos mauvais instincts ou, comme celle de l'ennemi, nous apprend à faire le " bien " au nom du bien, sans se soucier de la grâce qu'on peut acquérir. Quant à la troisième volonté, celle de Dieu, salvatrice, elle consiste à nous apprendre à faire le bien uniquement dans le but d'acquérir le Saint-Esprit, trésor éternel, inépuisable, que rien au monde n'est digne d'égaler. "

C'est justement la grâce du Saint-Esprit symbolisée par l'huile, qui faisait défaut aux vierges folles. Elles sont appelées " folles " parce qu'elles ne se souciaient pas du fruit indispensable de la vertu qui est la grâce de l'Esprit-Saint sans laquelle personne ne peut être sauvé, car " toute âme est vivifiée par le Saint-Esprit afin d'être illuminée par le mystère sacré de l'Unité Trinitaire " (Antienne avant l'Évangile des matines). Le Saint-Esprit lui-même vient habiter nos âmes, et cette résidence en nous du Tout-Puissant, la coexistence en nous de son Unité Trinitaire avec notre esprit ne nous est donnée qu'à condition de travailler par tous les moyens en notre pouvoir à l'obtention de cet Esprit-Saint qui prépare en nous un lieu digne de cette rencontre, selon la parole immuable de Dieu : " Je viendrai et j'habiterai en eux, et je serai leur Dieu et ils seront mon peuple " (Ap 3,20 ; Jn 14,23). C'est cela, l'huile que les vierges sages avaient dans leurs lampes, huile capable de brûler longtemps, haut et clair, permettant d'attendre l'arrivée, à minuit, de l'Époux et d'entrer, avec lui, dans la chambre nuptiale de la joie éternelle.

Quant aux vierges folles, voyant que leurs lampes risquaient de s'éteindre, elles allèrent au marché, mais n'eurent pas le temps de revenir avant la fermeture de la porte. Le marché - c'est notre vie. La porte de la chambre nuptiale, fermée et interdisant l'accès à l'Époux - c'est notre mort humaine ; les vierges - sages et folles - sont des âmes chrétiennes. L'huile ne symbolise pas nos actions, mais la grâce par l'entremise de laquelle le Saint-Esprit emplit notre être, transformant ceci en cela : le corruptible en l'incorruptible, la mort psychique en vie spirituelle, les ténèbres en lumière, l'étable où sont enchaînées, comme des bêtes, nos passions, en temple de Dieu, en chambre nuptiale où nous rencontrons Notre Seigneur, Créateur et Sauveur, Époux de nos âmes. Grande est la compassion que Dieu a pour notre malheur, c'est-à-dire pour notre négligence envers sa sollicitude. Il dit : " Je suis à la porte et je frappe... " (Ap 3,20), entendant par " porte " le courant de notre vie pas encore arrêté par la mort.

 Suite !!

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×