Contre la Co-rédemption ?? DIEU, NOUS CONTEMPLONS TA MèRE !?

 

 http://fr.gloria.tv/?media=74225

Conférence à Rome sur le 5ème dogme marial

11/05/2010 1623: Des évêques des Philippines, du Nigeria, d’Argentine, d’Espagne, de l’Inde et un professeur anglican des Etats-Unis se sont rencontrés en mars dernier près de la Basilique Saint Pierre afin de promouvoir une proclamation solennelle du 5ème dogme marial.
Pendant cette journée d’étude organisée par la revue “Inside the Vatican”,

 

il a été question des titres à attribuer à Marie: co-rédemptrice, médiatrice de toutes les grâces, avocate du Peuple

 

de Dieu, et des conséquences que leur définition par l’Eglise pourrait avoir sur la foi des catholiques et des non

 

catholiques.


La proposition d’un nouveau dogme marial a fait naître des doutes dans plusieurs milieux d’Eglise, et pour l’instant, Benoît XVI ne s’est pas encore prononcé. Quelques participants à la rencontre ont livré leurs impressions à H2Onews.
Mgr Malayappan Chinnappa, archevêque de Madras-Mylapore, en Inde, estime qu’attribuer à Marie le titre de co-rédemptrice ne diminue en rien l’oeuvre de rédemption du Christ.
“Nous n’établissons aucune égalité: Jésus est le rédempteur, Marie est la co-rédemptrice. Par le préfixe ‘co’, ‘cum’, nous mettons Marie à la deuxième place. En effet, elle coopère avec le Rédempteur, son Fils Unique, Notre Seigneur Jésus Christ. Donc, l’Eglise ne devrait pas avoir peur de proclamer Marie ‘co-rédemptrice’”.

Judith Gentle, anglicane, membre de la Société mariologique Notre Dame de Walsingham au Royaume Uni et théologienne près l’Université de Steubenville, dans l’Ohio, a parlé du 5ème dogme commme d’une reconnaissance du rôle que le Christ a confié à Marie.
“Je crois qu’il n’est pas seulement question du titre car en le proclamant nous donnons notre autorisation à quelque chose qui est déjà vraie de par elle-même. Donc, nous disons au Seigneur, à Son Fils divin: nous voulons que Ta Mère joue le rôle que tu lui as confié, à savoir celui de notre Mère spirituelle”.
“Nous disons à Dieu: nous sommes prêts, nous contemplons ta Mère; nous voulons qu’elle agisse en notre faveur dans la plénitude que tu lui as donnée pour l’éternité”.

L’archevêque de Lipa aux Philippines, Mgr Ramon Arquelles, a parlé de l’importance et du sens que revêt le dogme pour son pays et pour le reste du monde.
Aux Philippines, la foi est très mariale. Et nous mettons tout en oeuvre pour promouvoir ce 5ème dogme marial car nous pensons que notre pays et le reste du monde ont un grand besoin de Notre Mère Bénie”.

http://www.repchret.ca/francais/volume2/vierge/vierge_marie01.htm

LA VIERGE-MARIE

Ne donnons-nous pas trop d’importance à Marie?

Les chrétiens non-catholiques nous reprochent souvent de donner plus d’importance à Marie qu’au Christ.

 

N’ont-ils pas un peu raison

quand nos églises sont ornées de statues de Marie et que le chapelet semble être

 

la seule prière importante?

 

Pourquoi ne pas encourager la dévotion au Sacré-Coeur, au Saint-Sacrement, etc.?

 

En beaucoup d’endroits, les pasteurs encouragent la dévotion au Sacré-Coeur, au Saint-Sacrement, etc. Dieu est le seul que nous adorons.

Il peut arriver qu’il y ait des excès dans la dévotion mariale, dans notre manière de lui rendre hommage.

 

En 1997, sur demande du Vatican, une commission théologique internationale déclarait unanimement que, suivant la direction prise par Vatican II et malgré certaines pétitions, il n’était pas opportun de définir d’autres dogmes comme Marie Médiatrice, Marie Co-rédemptrice, Marie Avocate.

L’expression Co-rédemptrice n’est pas utilisée dans les documents papaux depuis une cinquantaine d’années pour éviter une certaine confusion; Jean-Paul II préfère appeler Marie Coopératrice du Christ dans son oeuvre de rédemption.

Je doute qu’il y ait abus dans notre amour pour Marie. Peut-on trop l’aimer?

Marie est une créature de Dieu, comme nous, mais unique en sa dignité, elle,"la Mère de mon Seigneur", la "comblée de grâces", la "bénie entre toutes les femmes".

Gardons le Christ Jésus au centre de notre vie; le concile Vatican II nous y a fortement invités. S’il occupe la place centrale de notre coeur, ne craignons pas de trop aimer Marie.

Comme elle est notre Mère spirituelle, nous lui témoignons notre affection de multiples manières.

Nous la prions par la récitation du chapelet, comme le pape lui-même nous en donne constamment l’exemple.

Il n’y a rien là d’erroné. Qui ne peut réciter l’Ave Maria?

Jésus n’est pas jaloux de sa Maman. C’est lui qui l’a rendue sans tache, belle, parfaite, et combien aimable!

C’est lui qui nous l’a donnée comme modèle et Mère.

 

La mission de Marie est de nous conduire à Jésus.

 

Elle réalise cette mission pour tous ceux et celles qui l’aiment,

 

qui la vénèrent en ses sanctuaires,

 

qui la contemplent amoureusement en ses statues et images.

 

 

Elle révèle la tendresse de Dieu; elle est le miroir de son infinie bonté. Personne ne craint de s’approcher d’elle, pas même le pécheur embourbé dans le péché.

 

Comme une vraie mère, elle aime ses enfants salis par le péché et cherche à les rendre beaux et propres.

 

La dévotion mariale, si elle est authentique, ne peut que nous rendre meilleurs disciples du Seigneur.

 


Retour à l'index de la section
Accueil | Volume I | Volume II

http://plunkett.hautetfort.com/archive/2010/05/05/medjugorje-le-vatican-va-parler.html

Écrit par : Josnin / | 05.05.2010

LA QUESTION DES FRUITS, ENCORE

> Excellente analyse, en effet, et la question des fruits est à nouveau posée, c'était à cela que je pensais hier ou avant hier en parlant de cette question.
La demande de certains de proclamer Marie co-rédemptrice semble donc liée à Medjugorje, ce dont je n'étais pas sûr.

 

Eh bien voilà un fruit qui me paraitrait dangereux: le Christ est seul rédempteur si on se fie à saint Paul et une telle proclamation ruinerait les rapprochements déja délicats avec le monde protestant.

 

Or la première chose que réclame l'évangélisation, c'est l'unité.

 

La piété mariale a déja bien suffisamment pour se nourrir sans tomber dans de tels excès, Marie nous donne le Christ mais c'est le Christ qui nous sauve. Recentrons nous sur ce noyau essentiel.
Le tort que nous avons souvent, nous autres catholiques et je n'en suis pas exempt, c'est de confondre évangélisation et préparation à un examen de théologie dogmatique.

 

Ce qui induit chez certains l'idée que le moindre écart dogmatique nous voue à la géhenne... Triste approche de l'amour divin.

 

Je ne pense pas que Saint Pierre envoie un homme de foi en enfer pour avoir cru à la dormition plutôt qu'à l'assomption de la Vierge Marie.

 

Mais peut-être ai-je déja un pied en enfer pour avoir écrit cela. Ce que je veux dire c'est que certaines "apparitions" ont tendance à focaliser des hommes de (très) bonne volonté sur des problèmes secondaires mais qui portent à terme des fruits de division.

 

A côté desquels des fruits de piété personnelle confite en dévotion mariale risquent de ne pas peser très lourd.
HH


[ De PP à HH - Ne pas oublier que

 

Benoît XVI, quand il était préfet de la Congrégation

 

pour la doctrine de la foi, avait pris position clairement et

 

pédagogiquement contre l'idée d'un dogme de la co-rédemption

 

par Marie. ]

cette réponse s'adresse au commentaire

Écrit par : Hubert Houliez / | 05.05.2010

COREDEMPTRICE ?

> Certes, le terme "co-redemptrice" n'est pas très adéquat et porte à confusion.

 

Le Christ,Verbe incarné, est le seul Rédempteur, Source du Salut. Cependant, Jésus ne se contente pas de nous sauver. Dans sa miséricorde Il nous invite à participer à son oeuvre de salut, à nous offrir avec Lui et en Lui comme une hostie vivante pour que tous les hommes parviennent la connaissance de la Vérite.

 

Les Saints le manifestent par toute leur vie. J'aime cette parole de Saint Paul: "Je trouve ma joie dans les souffrances que j'endure pour vous,

 

car ce qui manque à la Passion du Christ, je le complète dans ma chair pour son Corps

 

qui est l'Eglise" (Col, 1 24). Comment ne pas penser à Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus qui "ramassait une épingle pour sauver une âme?
C'est dans ce sens que la Vierge Marie, Mère du Rédempteur, participe d'une manière unique à l'oeuvre de son Fils.

 

Elle intercède pour nous et par Lui et en Lui, elle s'offre pour le Salut des hommes.

 

Cela fait partie de la théologie catholique et, si je ne me trompe pas, le cardinal Ratzinger estimait que cette vérité étant acquise, il n'y voyait pas d'indication à la proclamer comme un dogme.
Par ailleurs, à propos du mystère de la Compassion de Marie, on peut lire avec profit le très beau livre du Père Marie-Dominique Philippe: "L'Etoile du matin" (Fayard).
Anne-Marie

[ De PP à AM - On peut aussi lire avec profit le très beau livre de Joseph Ratzinger 'Voici quel est notre Dieu', dans lequel (pages 215-216)

 

il prend explicitement position contre l'ajout de la "co-rédemption".

 

Je donne le passage dans ma note datée d'aujourd'hui. ]

cette réponse s'adresse au commentaire

Écrit par : Anne-Marie Truninger / | 07.05.2010

 

Suite !! 

http://efforts.e-monsite.com/pages/vatican-et-alliens.html

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×